Sept petites douceurs

Tout en sachant que l’impudeur est payante en littérature, dans ce cas-ci, nous recommandons au lecteur chaste de s’abstenir !

Rarement dans notre sélection, livre n’aura évoqué autant la jouissance du corps mâle associé à quelques délicieuses dolce !
En effet c’est le corps de l’homme qui exulte à travers Sept petites douceurs, et surprenamment, y  est associé une recette gourmande notamment de Fondue de chocolat : cassez cent cinquante grammes de chocolat noir en petits morceaux et faites-les fondre sur un plateau de cuisson garni de papier sulfurisé…  Ses références amoureuses plaisent, celles de Gertrude Stein et Alice Toklas, de Picasso et ses femmes, de Socrate en attente du banquet d’Agathon. Et, dira-t-il, « chaque repas doit être un événement », et croyez-moi, plus on avance dans la lecture plus on y croit.

 

Un extrait pour donner la couleur

Hier soir, après le retour de mon amant chez sa maîtresse, pour oublier cet amour qu’il me donne comme cet amour que je lui donne encore, je me suis consolé en me préparant un gâteau au chocolat et à la noix de coco, glacé au rhum. L’appartement était tranquille, les voisins du dessus n’étaient pas rentrés du travail, les enfants d’à côté, du cinéma. La rage, la peur pouvaient se déchaîner, se décharger de tout le tapage qu’elles font habituellement dans mon esprit, comme les ténèbres au-dessus de l’abîme. Car n’est-ce pas la solitude du chaos qui a poussé Dieu à la création ?

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Londres. Un homme raconte sa relation amoureuse et érotique avec un homme marié.
Pour retenir son amant, pour s’assurer qu’il reviendra, il lui prépare cookies et gâteaux. Le narrateur n’hésite pas à en donner les recettes afin de renforcer la sensualité de la relation. Sept recettes de petites douceurs parsèment donc le roman. Il s’organise ainsi une narration où se mêlent homo-érotisme et sensualité, les cookies et les gâteaux sortant tout juste du four quand l’amant arrive. Entre scènes à l’érotisme cru et recettes de petites douceurs gourmandes, la relation amoureuse évolue dans toutes ses composantes passionnelles. Sept petites douceurs est une ode à l’amour, à l’harmonie des corps, à la relation de l’homme avec la beauté et l’art, et aussi à l’exil.

À propos de l’auteur :
Shaun Levin est né en 1963 en Afrique du Sud. Il a passé de nombreuses années en Israël et vit à Londres depuis 1995. Dans son œuvre, il aborde les thèmes de l’immigration et des expériences traumatiques ainsi que la question de l’identité, en particulier à travers la sexualité. Seven Sweet Things, est paru en 2003.

Titre : Sept petites douceurs
Auteur: Shaun Levin
Éditeur : L’antilope
Date de parution : 2019
Traduit de l’Anglais : Etienne Gomez – Seven Sweet Things

Publicités

La goûteuse d’Hitler

La goûteuse d’Hitler

L’horreur racontée par la dernière des goûteuses recrutées par Hitler dans le seul but d’éviter un possible empoisonnement à ce monstre.
Une lecture qui nous bouleverse par le traitement réservé à ces jeunes femmes qu’on affamait avant de leur imposer ces assiettes de la mort. Une lecture ou la peur et la haine rôdent à tous les niveaux.

J’ai été incapable de visionner plus de deux épisodes de la Servante écarlate, adaptation du chef-d’œuvre littéraire de Margaret Atwood. De nouveau, je retrouve cette ambiance où l’horreur est omniprésente et où la honte et la paranoïa s’entrecroisent sournoisement. Vous serez avertis… à vous de tirer vos déductions.

Un extrait pour donner la couleur 

« Il ne m’avait jamais vue de près ni de loin, le Führer. Et il avait besoin de moi. Herta avait essuyé ses mains à son tablier et le SS avait poursuivi, en s’adressant à moi, ne regardant que moi, jaugeant cette main-d’œuvre de saine et robuste constitution. Certes la faim m’avait un peu affaiblie, la nuit les sirènes m’avaient privée de sommeil, la perte de tout et de tous avait flétri mes yeux. Mais mon visage était rond, sous une épaisse chevelure blonde : jeune Aryenne déjà matée par la guerre, l’essayer c’est l’adopter, produit cent pour cent national, une excellente affaire. (20)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité de ses compagnes, dont Elfriede, personnalité aussi charismatique qu’autoritaire. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

À propos de l’auteure :
Rosella Postorino est une auteure italienne née en 1978

Titre : La goûteuse d’Hitler
Auteure : Rosella Postorino
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : 2019
Traduction : Dominique Vittoz

Le goût sucré des souvenirs

Souvenirs d’une si triste période qui malgré tout conserve un goût sucré… une longue vie au rythme des productions de confitures d’abricots ! Les amours, les saisons, les années… celles où la guerre a balayé le bonheur des jours heureux.
Seule survivante d’une famille juive, solitaire en fin de vie, Elisabetta puise dans ces pots de confitures ces souvenirs parfois trop bouleversants, parfois trop cruels. Celui de 1944, ou sa mère dira : au cas où je ne puisse pas t’aider, je vais cacher le pot au fond, il y aura de l’arsenic dedans… A & A, était-il écrit dessus… une cuillère suffit… … ! Et tous ces joyeux moments s’entremêlent à cette horreur, en compagnie de sa mini- tortue prénommée Hitler!! Passer d’une époque a une autre, à travers ses fantômes en fait une lecture un peu angoissante !! mais si vous aimez le goût doucereux du sucre, allez-y déguster cet opus !

Un extrait pour donner la couleur 

« La confiture était en train d’attacher. C’est l’odeur qui m’a alertée, et je me suis empressée de retirer la casserole du feu. Il m’a regardée remplir les pots du liquide sifflant en ébullition. Elle me brûlait les avant-bras, cette fichue confiture. Un pot a craqué dans un bruit sourd sous l’effet de la chaleur, et la mixture visqueuse s’est déversée sur mes doigts. Le fond de la casserole était carbonisé parce que je n’avais pas fait attention. J’en avais marre de faire attention.»  (p. 37)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Elisabetta Shapiro, quatre-vingts ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l’année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. Elle parle d’amour et de liberté, et il n’en faut pas plus pour faire une bonne histoire. »

À propos de l’auteure :
Beate Teresa Hanika est née en 1976, en Bavière. Avant Le Goût sucré des souvenirs, elle a écrit plusieurs romans pour la jeunesse dont Le cri du petit chaperon rouge.

Titre : Le goût sucré des souvenirs
Auteure : Beate Teresa Hanika
Éditeur : Pocket
Date de parution : Février 2019
Traduit de l’allemand : Rose Labourie

Hello Sunshine

Dans l’air du temps, rien de moins… rien de plus !!

Sunshine Mackenzie a 35 ans. Avec son mari, elle habite un grand loft dans Tribeca, rien de moins… ! Présentatrice-star d’une chaîne de cuisine sur YouTube, un tweet apprend à ses followers qu’en réalité, non seulement elle ne sait pas cuisiner mais elle est le produit d’une pure supercherie, mis en scène par un producteur véreux… Le monde de Sunshine s’écroule, celui de la queen du milieu culinaire branché de NYC. Rapidement, le producteur met fin à la série !… Adieu abonnés mais aussi luxueux loft et comble, le mari en profite pour prendre la fuite.Retour à la case départ, retour dans son village parmi les siens! Baignée de souvenirs, l’introspection est de mise pour la Queen déchue.

Un livre dans l’air du temps qui exploite l’impact incontrôlable des réseaux sociaux et cet immense pouvoir de créer des stars et de les déchoir par un post ou un tweet anonyme. On coupe les têtes à la vitesse du vent. Au moment où j’écris ces quelques lignes, un pseudo-influenceur de Montréal vient de se faire détrôner sur la place publique et on s’acharne, à qui mieux mieux sur sa carcasse… Lecture dans l’air du temps, rien de moins, rien de plus !

Un extrait pour donner la couleur 

Enchantée. Pour tout vous avouer, on est déjà en sureffectif cette saison. Mais si vous laissez votre CV, je vous tiendrai au courant si un poste se libère. – J’imagine que ça doit être dur de former des gens chaque nouvelle saison. – On s’en sort. – C’est alors que j’ai entendu des hurlements en provenance de la cuisine. Une voix avec un accent anglais. Fort et intrépide. Le chef Z. – Lottie est restée impassible. Pendant une seconde, elle m’a regardée comme si ces cris suffisaient à révéler un problème qu’elle n’évoquait pas : le nombre de personnes renvoyées par le chef Z. Ces cris trahissaient la difficulté pour elle de garder une équipe au complet, puisque personne n’était jamais à la hauteur des exigences du chez Z. Être dans les Hamptons rendait la tâche de Lottie encore plus difficile. – Comme beaucoup d’autres restaurants, nous sommes dans une ville qui vit l’été, a-t-elle repris.

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Quand une top-chef made in YouTube devient le plus gros bad buzz de l’histoire de la cuisine ! Tout en émotion et en humour, un roman savoureux qui prône le retour au vrai, à la famille et au goût des bonnes choses.

À propos de l’auteure :
Née en 1977, Laura Dave est une romancière américaine, traduite dans quinze pays. Après Dernières vendanges (2016), Hello, Sunshine est son deuxième roman publié en France. Elle vit à Santa Monica, en Californie.

Titre : Hello Sunshine
Auteure : Laura Dave
Éditeur : Le Cercle – Belfond
Traduit de l’américain par Ambre Samba
Date de parution : 2019

 

Le discours amoureux des épices

Le monde envoûtant des parfums et des couleurs

Auteure de nombreux livres célébrant la cuisine du Maroc, dont Douceurs du Ramadan et le Meilleur de la Cuisine marocaine, Fatéma Hal, est cheffe propriétaire du restaurant Mansouria, situé à Paris.

Voici une façon efficace de diffuser l’information sur sa culture et sur la place prépondérante occupée par les épices. Sous le couvert d’une intrigue, à mon avis sans grand intérêt, en compagnie d’un amoureux évanescent, elle sillonne une route des épices et nous initie à leur utilisation harmonieuse ainsi qu’à leur surprenant parcours à travers les siècles. La Marocaine présente l’impériale Ras-El Hanout, composée de 27 épices, et nous fait informe sur l’intrigante Maajouna, cette confiture illicite composée de poudre d’amandes, de noix et de jus de haschisch formée en petites boules qu’on glisse dans les théières…

Et voilà que la table est mise pour la suite dans ce mystérieux monde arabe, le monde envoûtant des parfums et des couleurs.

 

Un extrait pour donner la couleur

« Si les habitants de Casablanca aiment manger marocain chez eux, à l’extérieur ils préfèrent la cuisine japonaise, française, italienne … je ne comprends pas comment on peut encourager le tourisme et faire découvrir notre culture sans mettre en valeur notre gastronomie. » (120)

(N’est-ce pas cette même réflexion applicable à notre cuisine québécoise dont l’offre touristique se concrétise en poutine ou pâté chinois.)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)
Zahra, célèbre restauratrice, vient de terminer sa conférence sur les épices lorsqu’elle est abordée par un homme élégant et distingué. Se présentant comme Claude Freeman, homme d’affaires, il lui fait une demande étonnante : créer pour sa femme une composition d’épices unique. « Votre prix sera le mien », ajoute-t-il. Troublée, elle accepte. En Hollande, au Maroc, ils iront à la découverte du macis, du safran, du carvi, de la nigelle, de la gomme arabique… Qui est le véritable Freeman, pourquoi tant d’ombre sur sa vie, quel secret dissimule-t-il ? Le discours amoureux des épices nous entraîne par cette histoire chargée de mystères.

À propos de l’auteure :
Fatéma Hal, ethnologue, propriétaire du restaurant Le Mansouria, est célébrée dans le monde entier pour ses conférences sur la cuisine – l’un des derniers liens qui reste à l’humanité – ainsi que sur les épices, leur utilisation, l’histoire de leurs origines et des conflits qu’elles ont générés à l’époque où certaines se vendaient à prix d’or. Auteure de nombreux ouvrages, elle signe son premier roman

 

Titre : Le discours amoureux des épices 
Auteure : Fatéma Hal 
Éditeur : Zellige
Date de parution : 2018

L’Omnivore

Un suspense gastronomique amoral et épicé

Pour satisfaire la curiosité et les caprices des gens fortunés qui, par essence, sont omnivores, voici  un suspense dont l’action se transforme en un palmarès culinaire de morceaux de choix. L’entomologiste Youri Tremblay eh oui!, raconte comment, afin de répondre aux commandes de ces richissimes clients qui s’amusait à braver les tabous et s’ingénuaient à mêler goût du péché et péché du goût, devra braver les interdits alimentaires en vigueur en terre bouddhiste, musulmane et chrétienne. Un parcours rocambolesque et d’une écriture si fine qu’on résiste à peine à le relire !

Donc, à sa lecture, je me suis amusée à répertorier quelques dégustations spectaculaires, interdites, curieuses, risquées, recherchés par ces clients à lubies !

Quelques désirs satisfaits furent l’utérus de truie sur les pentes du Pinatubo, l’œuf de 100 ans enfoui dans l’Argile pendant des mois en Philippines, la cervelle de singe dans la Casbah algérienne, des pattes de fourmis au Laos, du ragoût de chauve-souris aux Seychelles, le hamburger de baleine en Islande, l’hippocampe séché à Dakar, le pangolin à peau écailleuse en Côte d’Ivoire, la soupe de cabot nord-coréenne, la mue de serpent au Vietnam, la terrine de crocodile en Namibie, le gâteau de hachich à Tanger, le beurre de yak au Boutan et le célèbre fugu japonais… Mais là ne s’arrête pas l’aventure ! L’Ultime tabou sera-t-il transgressé ?

Un extrait pour donner la couleur 

Le cannibalisme avait pourtant traversé de nombreuses civilisations, en particulier les sociétés précolombiennes qui lui avaient appliqué une véritable hiérarchie des convenances : chez les Aztèques, le cœur des suppliciés était réservé aux prêtres tandis que l’empereur se voyait offrir la cuisse. … (154)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Dans une prison de la république de Khirghizie, un avocat globe-trotter entend parler des aventures d’un russo-vietnamien nommé Youri qui, pour satisfaire sa riche clientèle, a fait commerce de mets rares tels, par les nids d’hirondelles, les insectes ou encore les petits singes. Jusqu’à une dernière commande particulièrement étonnante.

À propos de l’auteur :
Né en 1968, Emmanuel Pierrat est avocat et conservateur du Musée du Barreau de Paris. Il est titulaire du certificat de spécialisation en droit de la propriété intellectuelle. Il a publié de nombreux ouvrages juridiques de référence sur le droit de l’édition, la liberté d’expression, le droit du commerce du livre, le droit à l’image. Il a également signé plusieurs essais sur la culture, la justice et la censure. Il est président du Pen Club français, directeur de la Grande Bibliothèque du Droit et pour occuper son temps … Secrétaire général du Musée Yves Saint-Laurent.
Une bibliographie exceptionnelle d’une centaine de livres qu’on retrouve d’ailleurs à la fin de ce  dernier roman L’Omnivore.

Titre : L’Omnivore
Auteur : Emmanuel Pierrat
Éditeur : Flammarion
Date de parution : 2019

La petite librairie des gens heureux

Et si c’était La Librairie Gourmande 💜

Agréable lecture d’un livre au titre et à l’intrigue prometteurs : une librairie indépendante devient le cœur d’une petite ville anglaise. Et si c’était vrai ! Et si elle existait à Montréal ! Ne s’appellerait-elle pas Librairie Gourmande … !

Pour l’intrigue : À la mort de son père, Émilia hérite de l’appartement où elle a grandi avec lui ainsi que de sa librairie où il a passé sa vie. Ainsi, elle devra conjuguer avec les intrigues commerciales et amoureuses de son papa Julius. Elle s’installe à rebours, mais elle retrouve peu à peu les habitués, les voisins, les amis. Tous désirent ardemment la pérennité de cette librairie. Une grande solidarité prendra forme. L’histoire de chaque relation, de chaque personnage du roman s’écrit en un chapitre qui est associé à une recommandation de 10 lectures pertinentes Quelle excellente idée !

Donc voici, en avant-goût les 10 chapitres associés à 10 romans cultes :

10 héroïnes littéraires éponymes
10 manoirs de rêve dans la littérature
10 livres sur la musique
10 romans situés en Irlande
10 domestiques littéraires
Et le dernier chapitre, comme il se doit : 10 livres tournant autour de la cuisine :
Chocolat, Joanne Harris,
Heartburn, Nora Ephron
En dinant chez Quentin, Maeve Binchy (non disponible)
Cuisine et confidences, Anthony Bourdain
French Country Cookink, Elizabeth David
Toast, Nigel Slater
Charlie et la Chocolaterie, Roald Dahl
How to Eat, Nigella Lawson
The Art of Eating, M.F.K. Fisher

Malheureusement, ils ne sont pas tous disponibles, mais qu’à cela ne tienne, si vous désirez compléter la liste, vous n’avez qu’à consulter notre blogue : romandgourmands.com et pourquoi pas nous faire parvenir votre liste !

Un extrait pour donner la couleur 

Et s’achetait un nouveau livre de cuisine. C’était son petit bonheur mensuel. Les étagères de son collage avaient beau en être pleine, il n’y avait à ses yeux, pas de limite au nombre de livres de cuisine que vous pouviez posséder. Lorsqu’elle en ouvrait un, elle se déconnectait du monde extérieur. Elle se pelotonnait dans son lit et le lisait scrupuleusement, découvrait la culture culinaire d’un autre pays, salivant devant les recettes alléchantes des grands chefs ou tout simplement d’amoureux de la cuisine…(82)


Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Nichée dans un petit village de la côte anglaise, la librairie Nightingale est le refuge des  amateurs de livres. Un lieu préservé et hors du temps que sa propriétaire Émilia a bien du mal à maintenir à flot. Au point d’être tentée de vendre à un promoteur immobilier. Et pourtant… les lecteurs comptent sur leur petit paradis. À commencer par Sarah, l’aristocrate au coeur tendre qui vient là pour échapper à ses soucis et oublier la maladie. Jackson, lui, a  besoin de ce refuge pour essayer de renouer avec son fils. Quant à la timide Thomasina, c’est là qu’elle a eu le coup de foudre pour un homme à qui elle n’a jamais pu avouer ses sentiments… Au fur et à mesure, ces hommes et ces femmes apprennent à se connaître au milieu des étagères. Leurs destins s’entrecroisent et sont transformés à tout jamais grâce aux hasards de la vie… et au pouvoir des livres ! Un nouveau départ.

À propos de l’auteure :
Scénariste pour la télévision, Veronica Henry est l’auteure d’une douzaine de romans dont Bed & Breakfast.

Titre : La petite librairie des gens heureux
Auteure Veronica Henry
Éditeur : City Poche
Date de parution : 2018