Fromage

                                                                 Ou Woody Allen au pays du gouda


Quelle histoire fascinante… à peine 100 pages où l’humour et la finesse de situation nous captivent si rapidement… impossible de le quitter… !

Dû à l’intervention d’un impossible mentor, ce sombre fonctionnaire réalise un rêve, et aux yeux de ses confrères de bureau, voilà qu’il est propulsé au statut de véritable d’homme d’affaires… avec 10 000 fromages en dépôt dans sa cave. Cette reconnaissance lui procure une fierté associée rapidement à une angoisse incontrôlable, à la limite du rocambolesque. Une satire savoureuse du monde des affaires, où cette facilité apparente devient une angoisse incontrôlable. Et me voilà transporter dans le Grand Budapest Hotel, ce magnifique film où une série d’aventures rocambolesques et invraisemblables ouvrent la porte d’un monde d’un merveilleux monde de réalités poétiques !

Cet opus, dont la première édition à presque cent ans, est encore plus fascinant avec la lecture du temps qui passe et ou certaines réalités changent si peu finalement.

Un extrait pour donner la couleur 

Pareils à des meules, de gigantesques gruyères faisaient office de fondations, sur lesquelles reposaient chesters, goudas, edams et toutes sortes de fromages qui m’étaient totalement inconnus. Parmi les plus grands, certains avaient le ventre ouvert et les entrailles à nu. Verts de moisissure, les roqueforts et gorgonzolas paradaient avec licence, tandis qu’un escadron de camemberts laissaient échapper leur pus.
Je ne voulais pas céder devant la puanteur et avais décidé de ne m’en aller que lorsque j’estimerais le temps venu. Un homme d’affaires doit s’endurcir comme un explorateur des pôles. (p.41)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Frans Laarmans, un honnête employé d’Anvers, se retrouve poussé par ses amis à devenir un entrepreneur à succès. Lancé à la conquête du marché de fromages hollandais, il se pique au jeu, rêve de grandeur. Mais quand 10 000 boules d’édam sont livrées chez lui, les désillusions commencent. C’est Woody Allen au pays du gouda !

À propos de l’auteur :
Patron désenchanté d’une agence de publicité, Willem Elsschot (1882-1960) est devenu  l’un des plus grands écrivains flamands; son humour froid séduit, au cours des ans, des milliers d’adeptes puisque ses œuvres complètes sont sans cesse rééditées. Kaas (Fromage), paru en 1933 fera de lui une figure majeure de la littérature flamande et européenne.

Titre : Fromage
Auteur : Willem Elsschot
Éditeur : Le Castor Astral
Date de parution : 2017 – Première édition 1933Traduction du néerlandais par Xavier Hanotte Titre original : Kaas

Pour vous le procurer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s