Le plus bel endroit du monde est ici

Le plus bel endroit du monde est iciUn titre accrocheur, pour sûr ! Quoique ce dernier ainsi que la belle couverture laissent présager, ce n’est pas un « roman gourmand ».  Mais, une fois happé, il en vaut la lecture !
Alors que rien ne va plus dans la vie d’Iris, voilà que chaque table de ce restaurant imaginaire lui permettra de vivre, tout en douceur, les 6 jours de sa reconstruction. Sans être un livre hautement philosophique, il ramène en mémoire certaines vérités de base sur les écueils de la vie qui, si souvent, nous semblent insurmontables. Une lecture de vacances, une lecture qui remue les émotions ! Agréable comme une bonne tasse de chocolat chaud, une journée de février !

Un extrait pour donner la couleur

« Les Japonais accordent une grande importance tant au choix des ingrédients qu’à la présentation. Les trois plats de notre dîner sont élaborés selon trois techniques différentes (il marqua une pause pour la regarder fixement, comme s’il mesurait l’opportunité de continuer ou qu’il avait peur de commettre une bourde, puis reprit) : le premier se sert cru, le deuxième est peu élaboré et le troisième exige une longue préparation. Pour eux, c’est une manière de se rappeler que tout a une valeur dans la vie : ce qui est simple mais précieux, ce que nous pouvons obtenir à court terme et ce que nous mettons beaucoup de temps à réussir. Puis, on finit pas une tasse de thé vert, amer comme la mort. »

01-jean-beraud-Femme-au-cafe

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Iris, âgée de trente-six ans, est bouleversée par la mort de ses parents dans un accident de voiture. Par un après-midi froid et gris où rien ne semble plus avoir de sens, elle songe à commettre l’irréparable. Quand soudain, elle découvre un petit café auquel elle n’avait jamais prêté attention. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, ayant éveillé sa curiosité, elle décide de pousser la porte et d’aller s’asseoir à une table. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

À propos des auteurs

francesc_mirallesNé à Barcelone en 1968, Francesc Miralles Contijoch est musicien, traducteur et  essayiste, très apprécié notamment pour le Monde des lieux sacrés et La Symphonie d’Einstein.

care
Née en 1970 à Barcelone, Care Santos d’abord formée en droit, elle devient journaliste  puis en 1995 écrit son premier recueil de récits Cuentos citricos, pour lequel elle a gagné plusieurs prix.

Titre : Le plus bel endroit du monde est
Titre original : El mejor lugar del mundo es aquì mismo
Auteurs : Francesc Miralles et Care Santos
Éditeur : Pocket
Date de parution : 2010
Traduction de l’espagnol par Alexandre Carrrasco-Rahal

Pour vous le procurer

Traité culinaire à l’usage des femmes tristes

Traité culinaire  à l’usage des femmes tristes

L’auteur ne dédie aucunement ce livre aux femmes tristes, comme le prétend le titre – loin de là…
Voici plutôt un traité pour apprivoiser la tristesse ou la mélancolie, qu’on vit tous, comme le précise l’auteur « à l’heure de la course épuisante au bonheur et du bien-être en cachets … » Tel est le ton ironique de cet opus où l’auteur fait des recommandations, austères ou farfelues, mais toujours sous une formulation très sérieuse et dans une langue savoureuse – On le croit !

Une écriture d’un autre siècle, comme s’il s’agissait d’une recette pour rendre la vie simple. Des chapitres brefs, très resserrés – 1 ou 2 pages- sans titre et dont la lecture, dans presque tous les cas, nous laissent un sourire en coin… L’auteur interpelle sa lectrice en la tutoyant : tu aimeras, tu choisiras, tu préféreras…
Il lui apprend à se comporter lors de situations quelquefois … embarrassantes, troublantes, …
– si elle est trop jolie ou si elle est plutôt moche,
– si elle est célibataire ou si elle est importunée par un odieux prétendant,
– si son mari la trompe ou ne lui procure plus vraiment de plaisir au lit,
ou encore les plats à cuisiner ou manger pour séduire … ou repousser…

D’ailleurs, il lui paraît impensable qu’on puisse terminer un repas sans dessert qui, dira-t-il, nous réconcilie à coup sûr, avec la vie dans ce qu’elle a de divin ! »

Voici un agréable petit traité philosophique – mois de 200 pages – un peu malicieux, un peu coquin. L’auteur termine d’ailleurs ainsi « Je ne voudrais pas être autre chose que cela, un brave apothicaire, un potard, un pharmacien, le détenteur des recettes qui vont parfumer ta fantaisie »
Quand je vous disais … Sourire en coin garanti !

Un extrait pour donner la couleur

Peut-être réussiras-tu la recette des côtelettes comme jamais, les chairs dorés auront la consistance idéale, la texture de la sauce sera sans pareille, mais en apportant les met à la table, le plat tombera devant les invités, des gerbes de sauce éclabousseront leurs chaussures cirées de frais pour l’occasion, et des éclats de verre se ficheront comme des poignards dans la viande cuisinée. (p. 80)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)

A l’heure de la course épuisante au bonheur, à l’époque du bien-être en cachets, Héctor Abad Faciolince se fait avec humour l’avocat de la mélancolie, l’ambassadeur des élans du coeur et nous livre un traité plein de grâce pour apprivoiser la tristesse.

À propos de l’auteur : images

Né à Medellin, en Colombie en 1958, Héctor Abad Faciolince est écrivain et journaliste. En 1987, son père, farouche défenseur des droits de l’homme, est assassiné par les paramilitaires, ce qui a profondément influencé l’écriture du jeune auteur. Il collabore aujourd’hui à de nombreuses revues littéraires et ses oeuvres sont traduites dans le monde entier.

Titre : Traité culinaire  à l’usage des femmes
Auteur : Héctor Abad Faciolince
Éditeur : JC
Date de parution : 2011
Traduction de l’espagnol Tratado culinario para mujeres tristes par Claude Bleton

 Pour vous le procurer