Fromage

                                                                 Ou Woody Allen au pays du gouda


Quelle histoire fascinante… à peine 100 pages où l’humour et la finesse de situation nous captivent si rapidement… impossible de le quitter… !

Dû à l’intervention d’un impossible mentor, ce sombre fonctionnaire réalise un rêve, et aux yeux de ses confrères de bureau, voilà qu’il est propulsé au statut de véritable d’homme d’affaires… avec 10 000 fromages en dépôt dans sa cave. Cette reconnaissance lui procure une fierté associée rapidement à une angoisse incontrôlable, à la limite du rocambolesque. Une satire savoureuse du monde des affaires, où cette facilité apparente devient une angoisse incontrôlable. Et me voilà transporter dans le Grand Budapest Hotel, ce magnifique film où une série d’aventures rocambolesques et invraisemblables ouvrent la porte d’un monde d’un merveilleux monde de réalités poétiques !

Cet opus, dont la première édition à presque cent ans, est encore plus fascinant avec la lecture du temps qui passe et ou certaines réalités changent si peu finalement.

Un extrait pour donner la couleur 

Pareils à des meules, de gigantesques gruyères faisaient office de fondations, sur lesquelles reposaient chesters, goudas, edams et toutes sortes de fromages qui m’étaient totalement inconnus. Parmi les plus grands, certains avaient le ventre ouvert et les entrailles à nu. Verts de moisissure, les roqueforts et gorgonzolas paradaient avec licence, tandis qu’un escadron de camemberts laissaient échapper leur pus.
Je ne voulais pas céder devant la puanteur et avais décidé de ne m’en aller que lorsque j’estimerais le temps venu. Un homme d’affaires doit s’endurcir comme un explorateur des pôles. (p.41)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Frans Laarmans, un honnête employé d’Anvers, se retrouve poussé par ses amis à devenir un entrepreneur à succès. Lancé à la conquête du marché de fromages hollandais, il se pique au jeu, rêve de grandeur. Mais quand 10 000 boules d’édam sont livrées chez lui, les désillusions commencent. C’est Woody Allen au pays du gouda !

À propos de l’auteur :
Patron désenchanté d’une agence de publicité, Willem Elsschot (1882-1960) est devenu  l’un des plus grands écrivains flamands; son humour froid séduit, au cours des ans, des milliers d’adeptes puisque ses œuvres complètes sont sans cesse rééditées. Kaas (Fromage), paru en 1933 fera de lui une figure majeure de la littérature flamande et européenne.

Titre : Fromage
Auteur : Willem Elsschot
Éditeur : Le Castor Astral
Date de parution : 2017 – Première édition 1933Traduction du néerlandais par Xavier Hanotte Titre original : Kaas

Pour vous le procurer

Publicités

L’Ordre du Méchoui

Ou la passion de l’art de la broche

lordre-du-mechouiUn rendez-vous passionnant avec le monde culinaire du siècle dernier! Le désir d’apprentissage s’impose au rythme des déplacements du narrateur Sans Loi, devenu membre errant afin de perfectionner ses techniques et, de ce fait, en assurer une pérennité populaire, dira-t- il. Un parcours initiatique à travers les grandes cultures culinaires du monde.

Cette aventure est prétexte à raconter l’histoire de l’art de la broche – le titre me semble quelque peu réducteur… Un passage au Savoy et la rencontre avec César Ritz et Escoffier, aux cuisines du palais de Schonbrunn, à NY, se lie au Cirque Barnum, travaille chez les Vanderbilt à Newport, apprend à maitriser l’art des aiguilles chinoises et finalement fait son entrée au Québec par Grosse-Ile, comme il se doit. De plus, son parcours initiatique lui vaut la rencontre avec ses maîtres : maîtres d’armes, de cirque, d’acupuncture, d’ayurvéda et d’écriture. Une question me turlupine : la cuisine anglaise est-elle vraiment une des pires abominations … ! Peut-être quelques comptes à régler … ?

On comprend que peu de femmes aient eu le goût et l’intérêt de maîtriser l’art de la broche, mais demeure-t- il vraiment un art mâle-masculin ? En contre-partie, j’ai particulièrement apprécié l’art des marinades à travers les huiles aromatisées pour les venaisons italiennes, les épices spécifiques aux tagines magrébines, le chimichurri argentin, les laques de Chine, mais l’un ne va pas sans l’autre, c’est ainsi que l’Art du méchoui prend forme.

À travers cette fiction historique transparaît une véritable passion pour le métier de la cuisine. Lors d’un entretien avec Fabien Deglise du Devoir (fév 2017), Lionel Noël commente avec justesse cet engouement factice pour le divertissement culinaire dont les médias font leur chou-gras !!  : Cette médiatisation de la cuisine jusqu’à plus faim relève de l’artificiel, mais elle a aussi l’avantage de sensibiliser les gens, et les jeunes en particulier, à la diversité culinaire, à la découverte des saveurs, à l’existence de l’ailleurs. Objectif atteint le désir de transmission qui mène au changement est le fil conducteur de cet excellent roman-fiction : Adieu l’ortolan, bienvenue à la cuisine sous-vide !

lordre-du-mechoui-librairie-gourmande1


Un extrait pour donner la couleur

Le sentiment de pénétrer dans l’antre d’un sorcier m’étreignit profondément. « Les épices sont importantes, précisa Trinkwein (…) Mais attention au dosage !» Il me demanda de toucher les bouteilles d’huiles. Dans les armoires, il y en avait de toutes les tailles et de toutes les formes. Je relevai sur les étiquettes les inscriptions calligraphiées : olive, sésame, arachide, colza, argan, noix, noisette… Le gras, c’est la vie s’exclama-t- il en tendant la main vers sa panse. Il me fit ensuite respirer les fioles de vinaigres balsamiques, de vin, de pommes et de fruits. Il me fit zester un citron et une lime, puis une orange et un pamplemousse. Je dus en extraire les jus et les avaler d’un trait. Dès le premier signe de crispation sur mon visage, il s’enthousiasma. – Bienvenue dans le monde des marinades ! … « Ceux qui maîtrisent ces bases sont dignes de recevoir le titre suprême de maître du méchoui ! » (p. 39)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Au sein d’une mystérieuse confrérie dédiée à la cuisine sur broche, des apprentis sont formés deviennent eux-mêmes maîtres, et la tradition se poursuit depuis des siècles.L’enseignement est transmis par des hommes et des femmes pittoresques, de toutes les origines et de toutes les spécialités culinaires – marinades méditerranéennes, asado argentin, wagyu japonais, lama des Andes au chimichurri -, non sans le caractère épicurien avide de plaisirs sous toutes ses formes.
De la Belgique de la fin du XIX e  jusqu’à Montréal, en 1962, Sans Loi, le narrateur, retrace son parcours au sein de l’Ordre du Méchoui, un récit dans lequel se fond l’histoire du vingtième siècle, mais qui reflète aussi ses grands enjeux; une modernisation inévitable et les divisions qu’elle entraine entre conservateurs et réformistes.

À propos de l’auteur : lionel-noel
Lionel Noël, écrivain québécois d’origine belge, est auteur de roman policier historique et de récit de guerre. Ce diplômé de l’école d’hôtellerie de Spa, s’installe à Montréal et devient au tournant de l’an 2000 un des auteurs importants du roman d’espionnage francophone canadien.

Son premier roman, Louna, lui a mérité en 2000 le prix Arthur-Ellis du livre policier francophone canadien.

lordre-du-mechoui-librairie-gourmande3
Titre : L’Ordre du méchoui
Auteur : Lionel Noël
Éditeur : Tête Première
Date de parution : 2017

Pour vous le procurer

La route du thé et des fleurs

Une biographie fascinante de « l’espion du thé».

La route du thé et des fleurs  En 1848, l’East India Company perd le monopole sur l’importation et le commerce du thé dont la Chine est le seul producteur et fournisseur. Afin de maintenir son déploiement, l’Empire britannique projette de développer ses premières plantations de thé aux Indes, mais il lui manque l’essentiel: de bons théiers et la connaissance technique de la fabrication du thé.

Alors qu’à cette époque, Pékin interdit à tout occidental de voyager dans ses terres, Robert Fortune, jeune botaniste anglais, se voit confier la mission de percer les secrets de fabrication du thé en Chine. Ne reculant devant rien et afin de passer inaperçu il s’habille à la chinoise, porte une longue natte de cheveux, et parle le mandarin. C’est ainsi que Fortune pénètre en zone interdite de la Chine où le thé est cultivé. Après avoir été un observateur attentif, il découvre et analyse les techniques de préparation des feuilles et parvient, au péril de sa vie, à rapporter jusqu’en Inde des milliers de plants identifiés comme les meilleures variétés. D’ailleurs, il sera le premier occidental à expliquer que le thé vert et le thé noir proviennent de la même plante.

Ainsi, l’espion Fortune ramènera avec lui, huit manufacturiers et sera à l’origine de l’introduction de plus de 120 espèces de plantes dans les jardins botaniques occidentaux. Mission plus que réussie pour ce digne serviteur de la Reine ! Au terme de sa mission diplomatique, Robert Fortune retournera vivre en Chine.

plantation-sherwood-haputale-sri-lanka

Un extrait pour donner la couleur 

Nos chaises étaient prêtes; nous ne nous fîmes pas dire deux fois de partir et, un peu avant la nuit, nous arrivions à notre destination, au pied de la célèbre montagne de Sung-lo-shan, où le thé vert fut, dit-on, découvert jadis par un saint homme, fondateur d’un monastère qui subsiste encore en ces lieux et qui passe pour produire les thés les plus précieux du pays.  (p.59)

robert-fortune-sur-la-route-du-the-et-des-fleurs-de-chine-4106998

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Rien ne prédisposait l’Écossais Robert Fortune paisible botaniste, à une vie d’aventures. A la fin des années 1840, l’East India Company le fait quérir de toute urgence : il est le seul à pouvoir percer les secrets du thé chinois et de sa qualité exceptionnelle ; on attend donc de lui qu’il se fasse espion pour pénétrer en Chine, dérober les plans des meilleures variétés, étudier les techniques de préparation des feuilles. Fortune réussira : il ramènera pas moins de vingt mille pieds qui seront aussitôt plantés sur les contreforts de l’Himalaya puis à Ceylan. Ce qui fait le bonheur de son récit, outre les aventures en cascade, c’est la curiosité gourmande du voyageur rendu inconscient du danger par son émerveillement inépuisable devant les splendeurs qu’il découvre.

À propos de l’auteur : 34626477_128460766360

L’ouvrage est le récit autobiographique du voyage de ce botaniste britannique (écossais) Robert Fortune, (1813-1880), qui est envoyé en Chine pour faire de l’espionnage industriel.

Titre : La route du thé et des fleurs
Auteur : Robert FORTUNE
Éditeur : Payot
Date de parution : 1984

 Pour vous le procurer

L’Embellie

« Il ne faut pas se moquer du destin » !

9782843045899Mise en situation presque magique où l’impossible se produit : En Islande à quelque 200 km au nord du cercle polaire arctique, alors qu’elle vient de se faire larguer par son mari, elle gagne, à quelques jours d’intervalle, 2 gros lots importants à la loterie …

De plus, sa meilleure amie lui demande de prendre en charge son fils – le temps d’un weekend. Ce sera plus qu’un week end … car, la voilà indépendante de fortune, elle décide de s’offrir un long voyage ! Le lecteur, présume l’Asie ou un pays du soleil … non ! elle fait ses bagages, saute dans sa bagnole et entreprend le tour de son pays, l’Islande – avec TOMI – cet étrange petit bonhomme de 4 ans, presque sourd, presque muet et affublé de très grosses loupes en guise de lunettes.

Aventures plutôt rocambolesques entre la voyageuse et son minuscule passager : la vie se passe dans le Jeep qui deviendra leur maison. Descriptions de paysages islandais tout à fait singuliers, particulièrement en novembre où la grisaille et l’humidité sont omniprésentes… Aventures amoureuses de passage … À travers ce voyage, l’auteure nous fait découvrir la cuisine de son pays qui comptait 319 575 âmes au dernier recensement de janvier 2012.

En annexe « 47 recettes de cuisine et une de tricot» où les recettes sont présentes selon l’itinéraire de cette curieuse tournée sur la côte islandaise.

Ils mangeront un peu partout et de toutes les façons… dont l’oie tuée, lors de cet accident d’auto un soir de pénombre … Elle propose donc 2 recettes pour la manger : soit l’oie sauvage islandaise et l’oie cuite à l’eau à la mode irlandaise. Elle ajoutera d’ailleurs « avec du poivre de Cayenne moulu, impossible de déceler l’origine de la matière première. »

Elle propose également une recette de Blanc de baleine aigre

Ingrédients : 1 kilo de blanc de baleine et 1 litre de petit-lait. Elle s’empresse de préciser « Préparer du blanc de baleine aigre est d’une simplicité enfantine, le principal obstacle est toutefois la pénurie de matière première. »

Une expédition qui nous emmène … en bordure de l’imaginaire, de l’imprévu … Un vrai régal !

 Émission Bien dans son assiette, à la radio de Radio-Canada.
Chronique «Littérature gourmande», Anne Fortin
20 février 2013

 Un extrait pour donner la couleur :

« Nous ne sommes pas loin d’avoir rempli deux chariots : il en pousse un devant lui, moi l’autre. Il porte la responsabilité du foyer et déborde de sollicitude à mon égard, pointe le doigt vers ceci ou cela qui nous fait défaut, va chercher des raisins secs, du riz et des spaghettis, du fromage blanc, des œufs, du hareng mariné, des œufs de lump, des galettes de seigle, du mouton fumé, des olives, du fromage de tête, du saumon fumé et de l’huile de foie de morue. Il a un goût plutôt diversifié pour un gosse de quatre ans. Il m’aide à trouver les légumes pour un pot-au-feu de mouton – il y en a de quatre sortes : rutabagas, navets, carottes et pommes de terre. » (p. 263)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Roman d’initiation, L’Embellie ne cesse de nous enchanter par cette relation de plus en plus cocasse, attentive et émouvante entre la voyageuse et son passager, ainsi que par sa façon incroyablement libre et allègre – on pourrait dire amoureuse – de prendre les fugaces, burlesques et parfois dramatiques péripéties de la vie, sur fond de blessure originelle.

 À propos de l’auteur : Audur_600-e1389117830367

Audur Ava Ólafsdóttir est née en 1958 à Reykjavík. Son précédent roman, Rosa candida a été largement salué par la critique (2011, Prix des libraires du Québec; 2010, prix Page des libraires).

 

Titre : L’Embellie
Auteur : Audur Ava Ólafsdóttir
Éditeur : Zulma
Date de parution : 2012
Traduction de l’islandais par Catherine Eyjólfsso

 Pour vous le procurer

Un palais à Orvieto

La fête au village en Toscane

 1538962-gfL’exubérante Marlena – qui a vécu amoureusement dans Mille jours à Venise,- puis a bourlinguer pendant Mille jours en Toscane – voilà qu’elle poursuit sa quête du bonheur en Italie, à Orvieto, dans la région d’Ombrie. Notre chroniqueuse gastronomique américaine et son banquier vénitien retraité découvrent la simplicité de la nourriture à travers ces petits restos de campagne qui nous font saliver au détour de chacune des pages de ce délicieux roman.

Mais pourquoi se limiter à cette vie bourgeoise, voilà qu’ils décident de faire l’acquisition d’un palazzo, dans un état plus que lamentable, mais plein de promesses de bonheurs quotidiens. Plein de situations loufoques, de rebondissements, d’aventures et de rencontres qui scelleront à jamais, une amitié entre les villageois tout au cours de la restauration de ce palais qui s’échelonnera sur 2 ans

La pendaison de crémaillère donnera lieu à un grand festin, un 31 décembre, où chaque participant à la rénovation auquel on s’est attaché au fil du roman, va collaborer au festin en fournissant sa spécialité culinaire … et, pour notre plus grand plaisir, puisqu’on retrouve, à la fin du livre, les recettes de tous ces plats, entre autre la polenta à la châtaigne, que je me promets bien d’essayer très prochainement !

À lire pour le plaisir d’être transporté dans un monde où la vie simple devient compliquée mais demeure une vie rêvée !

 

Orvieto-Duomo

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)

Personne ne sait aussi bien que l’exubérante Marlena de Blasi nous faire découvrir des fêtes de village en Italie et des petits restaurants de campagne plus savoureux que des adresses étoilées, ainsi que d’excellentes recettes, car elle n’oublie pas qu’elle a été aux États-Unis «chef» et critique gastronomique..

 À propos de l’auteur : 12529

Et véritablement, cette journaliste gastronomique américaine a bien quitté Saint-Louis dans le Missouri pour Venise à la suite d’un coup de foudre pour un banquier quinquagénaire. Marlena de Blasi est l’auteure de trois livres de cuisine et de deux récits, tous traduits dans plus de douze langues.

 

Titre : Un palais à Orvieto
Auteur : Marlena DE BLASI
Éditeur : Mercure de France
Date de parution : 2013
Traduction de l’anglais par Marie-Pierre Bay

 Pour vous le procurer

La cuisinière d’Himmler

« Le jour de ma naissance, les 3 personnages qui allaient ravager l’humanité étaient déjà de ce monde : Hitler avait 18 ans, Staline 28 et Mao 13. J’étais tombé dans le mauvais siècle, le leur.»

himmler-203x300Arménienne, née en Turquie, en 1907, Rose a subi tous ces grands massacres qui ont fait le 20e siècle – en commençant par le génocide arménien. Devenue orpheline, elle jure de se venger. Recueillie par une famille de paysans à Marseille, sa mère adoptive lui enseignera l’art de la cuisine, entre autre ce fameux flan au caramel avec lequel elle séduira plus d’un homme ! D’ailleurs, on retrouve cette recette à la fin du livre et quelques autres en prime !

En 1940, elle ouvre un restaurant à Paris où, elle y croise Himmler- le chef des SS de Hitler, cet affreux personnage dont les crampes d’estomac le rendront captif de la connaissance des plantes médicinales de Rose. En 1943, on la retrouve à New York avec Nelson Algren. (c’est l’amoureux secret de Simone de Beauvoir), Dans les années 1950, en Chine, avec le couple Sartre /de Beauvoir, elle enrichira sa culture culinaire et érotique. Finalement de retour à Marseille en passant par l’Albanie, ou elle règle ses comptes … elle applique une partie de son credo : Vengeance ! « Jusqu’à mon dernier souffle, je ne croirai qu’aux forces de l’amour, du rire et de la vengeance. » Pour Rose, aucun crime ne restera impuni.

On aime beaucoup !

En parallèle à la Grande Histoire, la petite histoire de cette scandaleuse cuisinière, rencontrant la mort plusieurs fois sur son chemin, mais surtout l’amour … La cuisinière amoureuse dégustera un suave moment  « Un baiser fort en bouche, puissant, gras, riche en alcool, avec un goût de champagne pour commencer, puis de tomme de brebis, de bois pourri, de noisette fraîche, de vieux rhum et de poivre gris en finale. »
Ce roman n’est ni un livre politique, ni un livre historique mais plutôt l’oeuvre d’un journaliste qui sait raconter. À lire sans faute !

Un extrait pour donner la couleur

«… La Petite Provence, mon restaurant marseillais est un résumé de ma vie. Je la vois en regardant défilé la carte des menus, entre autres, le plaki de ma grand-mère, les aubergines à la provençale de Barnabé Bartavelle ou le flan au caramel d’Emma Lempereur.»
À 105 ans, dans son resto de Marseille, elle dira « Alors qu’une moitié de ma carcasse semble partie pour l’autre monde, je n’entends pas la mort qui frappe pour m’emmener chez elle. J’ai beaucoup trop de choses à faire en cuisine, devant mes casseroles, pour prendre le temps de lui ouvrir…»

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Ceci est l’épopée drolatique d’une cuisinière qui n’a jamais eu peur de rien. Personnage loufoque et truculent, Rose a survécu aux abjections de cet affreux 20e siècle qu’elle a traversé sans rien perdre de sa sensualité ni de sa joie de vivre. Entre deux amours, elle a tout subi : le génocide arménien, les horreurs du nazisme, les délires du maoïsme. Mais, chaque fois, elle a ressuscité pour repartir de l’avant. Grinçant et picaresque, ce livre raconte les aventures extraordinaires d’une centenaire scandaleuse qui a un credo : « Si l’Enfer, c’est l’Histoire, le Paradis, c’est la vie ».

Franz-Olivier-Giesbert_pics_390À propos de l’auteur :

Franz-Olivier Giesbert, né en1949 à Wilmington dans l’état du Delaware (États-Unis), est un éditorialiste, biographe, présentateur de télévision et romancier franco-américain, exerçant en France. Directeur du magazine Le Point depuis 2000,  auparavant, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur puis du Figaro Magazine. Tout comme Flaubert qui disait Emma Bovary c’est moi, FOG dira Rose c’est moi !

Pour Giesbert, cette fausse autobiographie extrêmement bien documentée est une occasion de revenir sur l’horreur imposée par tous ces dictateurs qui ont fait le 20e siècle.

C_La-cuisiniere-dHimmler_7843

À la fin, une section «PETITE BIBLIOTHÈQUE DU SIÈCLE», offre une sérieuse bibliographie incluant les titres d’auteurs renommés qui nous permettront d’approfondir la véritable histoire de ces grands massacres du 20e

Titre : La cuisinière d’Himmler
Auteur : Franz-Olivier Giesbert
Éditeur : Gallimard
Date de parution : 2013

Pour vous le procurer