La crème était presque parfaite

« La nature est prévoyante, elle a fait pousser la pomme en Normandie sachant que c’est la région où l’on boit le plus de cidre… »! Henri Monnier

Le prochain numéro d’un magazine gastronomique sera consacré aux produits fermiers de la Normandie. Quelle belle occasion pour le duo photographe-critique de mettre en évidence le patrimoine culinaire de cette région française. Ils prévoient faire un reportage sur la Tapisserie de Bayeux, suivre les traces de Marcel Proust à Cabourg et explorer la Route du cidre… Mais, voilà que l’histoire prend une tournure imprévue : au restaurant étoilé Le Bocage gourmet, situé au cœur de la région du Calvados, un repas vire au cauchemar, en effet, un soir de dégustation, neuf clients sont intoxiqués mortellement. Quelle en est la cause … toutes les suppositions sont possibles, mais la cible est directement la célèbre sauce à la crème fraîche, spécialité incontestée et secrète du chef qui fait déplacer les foules gourmandes. Voilà que la critique gastronomique se plonge dans les secrets empoisonnés tant politiques, que gastronomiques de ce terroir normand. Un polar de bord de mer ! Bonnes vacances !

Un extrait pour donner la couleur 

« Ils retournèrent à la halle aux poissons pour y acheter quatre kilos de saint-jacques ainsi que des filets de barbue que Charles leur avait demandé de rapporter. Il envisageait de les préparer à la sauce blanche tels qu’ils étaient mentionnés dans le tome consacré au Temps retrouvé. Avec la carpe à la bière, les soles à la normande et le turbot grillé sauce hollandaise, directement inspiré par deux passages relevés Du côté de chez Swann, ainsi que le mulet au concombre pêché dans les pages d’À l’Ombre des jeunes filles en fleurs, les barbues constitueraient sans nul doute les pièces maîtresses de sa carte de poissons. » (page 97)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Dans un restaurant du Calvados célèbre pour sa sauce à la recette secrète, la journaliste Laure Grenadier et son photographe Paco font halte, en vue d’un papier sur les produits fermiers de Normandie. Comme toutes les personnes ayant goûté à la sauce sont envoyées d’urgence à l’hôpital, une enquête est ouverte, qui révèle peu à peu de nombreuses intrigues locales et politiques.

À propos des auteurs :

Noël Balen, écrivain et musicien, et Vanessa Barrot, avocate d’affaires et grande passionnée de gastronomie, sont les co-auteurs de la série « Crimes gourmands » dont voici le 2e tome. Le premier tome est Petits meurtres à l’étouffée.

Titre : La crème était presque parfaite
Auteurs : Noël Balen et Vanessa Barrot
Éditeur : Points, collection « Crimes gourmands ».
Date de parution : Fayard 2014 – Points mars 2017

Pour vous le procurer

Publicités

Le Gourmet solitaire

Le gourmet solitaireIl travaille dans le commerce, mais ce n’est pas un homme pressé; il aime les femmes, mais préfère vivre seul; c’est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires … Cet homme, c’est le Gourmet solitaire.
La 4e de couverture est vraiment parlante et me voilà plongée dans les aventures culinaires de ce passionné de bouffe.
Comme à chaque lecture qui parle de cuisine du monde, j’espère au fond de moi que le livre révèlera les secrets, dévoilera les mystères du pays en question: LE guide de voyage gourmand ultime celui qui délivre ces adresses cachées, ces endroits typiques, ces boui-boui loin des foules et des places aseptisées. J’espère que Le Gourmet solitaire soit LE livre qui me fera manger le vrai Japon et ses habitants.

Ce manga publié en 1997 et traduit en français en 2002, nous amène dans le 9782203098237_5quotidien d’un travailleur autonome qui vit à Tokyo et qui travaille dans l’import-export. Sa liberté ?! Laisser son instinct du moment s’exprimer afin de trouver LA place où calmer sa faim, l’amenant souvent à sortir de sa zone de confort et à découvrir de nouvelles saveurs.
Le livre est ainsi divisé en chapitre, un pour chaque endroit visité.
Ses tergiversions culinaires nous permettent de découvrir quelques villes japonaises et différents quartiers de Tokyo, de découvrir un pays fort marqué par les différences: de recettes, de mentalités (Tokyo-Osaka), d’ambiance. Paradoxalement on ressent aussi l’exigence d’une uniformisation des comportements en société: il faut paraître le plus neutre possible.

gourmet_solitaire_page_11Pas d’histoire romancée, tout tourne autour des plats et des restaurants que le protagoniste découvre. Ce qui peut vite devenir redondant pour ceux et celles qui ont moins d’intérêt pour les longs descriptifs de bouffe. Pour les autres, cette bande dessinée donne accès à un pan détaillé de la culture alimentaire nipponne, une cuisine riche et soucieuse du bien être de ses clients, respectueuse des saisons, de la naturalité des produits et du terroir.
Les plats même illustrés en noir et blanc sont plus alléchants les uns que les autres: haricots sucrés en gelée «Mamekan», bol d’anguille grillé sur du riz, Oden et bol de riz au curry etc …
Les pages se dévorent, le dictionnaire français-japonais est ouvert, on savoure.

La suite Les rêveries d’un Gourmet solitaire, vient de paraître au Québec. Tanoshimi ni shite imasu.

gourmet-solitaire-scan-4

Un extrait pour donner la couleur

Il faut un sacré courage pour entrer la première fois dans un restaurant inconnu, quand on y pense. Et je ne parle pas d’entrer dans un de ces restaurants hyper-chics dans un pavillon traditionnel aux murs passés au brou, ni dans un de ces restaurants français qui vous refusent l’entrée si vous n’êtes pas en smoking-cravate. Non, je veux parler d’entrer dans un de ces restos tout ce qu’il y a de plus banal […] un de ces petits bistrots comme il y en a partout avec un plat du jour foie de porc à l’ail à la poêle à 680 yens, salade de tofu froid incluse; ou une de ces gargotes de soupe de nouilles «râmen» plus demi-portion de riz cantonais à 600 yens. Ce genre d’endroit. (p285)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)
Il travaille dans le commerce, mais ce n’est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c’est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires… Cet homme, c’est le gourmet solitaire.
Au gré de ses déplacements et de ses envies, il fait de chaque repas une expérience unique, qui ravive en lui des souvenirs enfouis, donne naissance à des pensées neuves, ou suscite de furtives rencontres.

À propos des auteurs:
Jirô Taniguchi
Jirō Taniguchi est un auteur japonais de mangas seinen et gekiga. En 1970 il découvre la bande dessinée européenne, alors inconnue au Japon, et dont le style (netteté et diversité du dessin), notamment celui de la ligne claire, va fortement l’influencer. Ses histoires plus récentes traitent de thèmes universels comme la beauté de la nature, l’attachement à la famille ou le retour en enfance.

kusumi masayukiMasayuki Kusumi est auteur et illustrateur de manga.

Titre : Le Gourmet solitaire
Auteurs : Jirō Taniguchi, Masayuki Kusumi 
Éditeur : Casterman
Date de parution : 1997
Traduit du japonais par Sahé Cibot, Patrick Honnoré.

Pour vous le procurer

Un grand Bourgogne oublié

Une bouteille mystère, une enquête en Bourgogne

Un grand bourgogne oubliéEmmanuel Guillot, installé à Cruzelle est un pionnier du vin bio, il prend vie dans cette aventure grâce au coup de crayon de Boris Guilloteau et nous amène en Bourgogne à la rencontre du vin, de son terroir, de ses personnages emblématiques – ces vieux – ces jeunes, qui n’ont qu’une passion, continuer à faire vivre l’héritage de leur aïeux dans le respect de leur savoir-faire.

La BD commence comme on les aime par une soirée entre amis. Les comparses dégustent un lot de vieilles bouteilles de vin retrouvées à la cave, poussiéreuses et sans étiquettes . Elle sont sans éclat pour la plupart, sauf une… Manu est en train de déguster son Paradis ! Un vin extraordinaire mais d’origine inconnue, il n’a seulement qu’un indice, une date, 1959 …
De là débute sa quête, son obsession, au détriment beaucoup de sa vie de famille, découvrir son origine. Car Manu, comme son père avant lui, veut faire un grand vin, sur une parcelle en particulier: La Mollepierre, qu’il convoite depuis longtemps mais qui appartient à un vieil ennemi de la famille. Deuxième intrigue … Est ce que Manu va réussir à acheter au vieux bougre de voisin la parcelle tant désirée ?!

Très vite prise dans la BD, refusant même de la poser quand l’heure de partir de la librairie était arrivée, j’avais hâte de découvrir comment se termine l’histoire, mais pas seulement.
Car on part aussi en voyage à travers le vignoble français, on apprend beaucoup sur le monde du vin, on rencontre des personnages hauts en couleurs, on met nos sens en éveil, on partage de belles valeurs. Une lecture détente et captivante.

Slider_UGBO

Un extrait pour donner la couleur

«Manu ?! Qu’est ce que tu fais là à cette heure où le bourgeois dort encore, t’es bourré?
-Bruno, je ne suis pas bourré, je sors du Paradis !
-Nom de … T’as bu quoi ?! Dis moi tout !
-Un 1959, mais je ne sais pas quoi et vinifié par je ne sais pas qui…
-Allez… Tu vas me raconter ça avec une bonne Côte-Rôtie.
-Il est cinq heures du mat’ Bruno !
-Ah ouais t’as raison, c’est un peu tôt quand même … On va prendre un petit Morgon plutôt. J’ai un vigneron à te faire découvrir. (p19)»

Quelques note de l’éditeur (4e de couverture):

Propriétaire d’un domaine, Manu a une obsession, comme son père avant lui : faire un grand vin. C’est pour ça qu’il loue la parcelle du clos de la Molle Pierre, convaincu qu’un grand terroir a été oublié sur cette hauteur de Cruzille, dans le Mâconnais. Aujourd’hui, le rêve de Manu prend forme, le clos est à vendre.
C’est alors qu’un ami de Manu trouve un lot de bouteilles anciennes sans étiquette, hormis une belle inconnue née en 1959. À la dégustation, l’émotion de Manu est énorme. C’est le plus grand vin qu’il ait jamais bu. Manu a une évidence qui vire à l’obsession : il doit retrouver ce qu’était cette bouteille !
C’est avec les pieds de vigne qui ont permis ce prodige qu’il veut replanter la Molle Pierre, en l’honneur de son père disparu. Commence alors plus qu’une enquête, une quête vitale…

A propos des auteurs:

525Emmanuel Guillot est propriétaire du domaine Guillot-Broux à Cruzille, berceau de l’agriculture biologique en Bourgogne. En 1954, les grands-parents de Manu créaient le premier domaine viticole biologique de Bourgogne. Par philosophie et suite à des rencontres, ils se lancèrent seuls dans l’aventure des vins biologiques et des vins nature.

herve-richez-grand-bourgogne-oublie-lossature-L-DStE2mHervé Richez est né dans le Nord en 1967. Il travaille pendant 12 ans comme cadre bancaire avant de se consacrer totalement à l’écriture en 2004. Son premier album, Buzzi, une série jeunesse réalisée avec Eric Miller sort en 1997. En 2002, Sam Lawry marque sa première collaboration avec Mig. Suivra Le Ménager, sa deuxième série réaliste avec Mig. Depuis, il alterne entre scénarios réalistes (Groom Lake) et séries humoristiques (Les Fondus, Mafia Tuno, Les Poulets du Kentucky…).

indexBoris Guilloteau est né le 15 juillet 1974 à Tours. Il dessine déjà dans sa tendre enfance et remporte, dès l’âge de 18 ans, un concours de BD au festival de Poitiers. Puis, après le lycée, il entre aux Beaux-Arts de Cherbourg, aux Beaux-Arts d’Angoulême et effectue un stage de dessin animé au CNBDI. Lorsqu’il quitte l’école en 2002, Boris Guilloteau a déjà le projet de se lancer dans la bande dessinée. Son 1er album sort en 2003 chez Soleil et s’intitule Le Petit Bûcheron. Puis il signe La Fontaine aux fables et Jane des dragons chez Delcourt. Il sort en septembre 2014 Un grand bourgogne oublié chez Grand Angle.

Titre: Un grand Bourgogne oublié
Auteurs: Manu Guillot, Hervé Richez, Boris Guilloteau
Éditeur: Grand Angle
Date de parution: 2014

Pour vous le procurer