Fromage

                                                                 Ou Woody Allen au pays du gouda


Quelle histoire fascinante… à peine 100 pages où l’humour et la finesse de situation nous captivent si rapidement… impossible de le quitter… !

Dû à l’intervention d’un impossible mentor, ce sombre fonctionnaire réalise un rêve, et aux yeux de ses confrères de bureau, voilà qu’il est propulsé au statut de véritable d’homme d’affaires… avec 10 000 fromages en dépôt dans sa cave. Cette reconnaissance lui procure une fierté associée rapidement à une angoisse incontrôlable, à la limite du rocambolesque. Une satire savoureuse du monde des affaires, où cette facilité apparente devient une angoisse incontrôlable. Et me voilà transporter dans le Grand Budapest Hotel, ce magnifique film où une série d’aventures rocambolesques et invraisemblables ouvrent la porte d’un monde d’un merveilleux monde de réalités poétiques !

Cet opus, dont la première édition à presque cent ans, est encore plus fascinant avec la lecture du temps qui passe et ou certaines réalités changent si peu finalement.

Un extrait pour donner la couleur 

Pareils à des meules, de gigantesques gruyères faisaient office de fondations, sur lesquelles reposaient chesters, goudas, edams et toutes sortes de fromages qui m’étaient totalement inconnus. Parmi les plus grands, certains avaient le ventre ouvert et les entrailles à nu. Verts de moisissure, les roqueforts et gorgonzolas paradaient avec licence, tandis qu’un escadron de camemberts laissaient échapper leur pus.
Je ne voulais pas céder devant la puanteur et avais décidé de ne m’en aller que lorsque j’estimerais le temps venu. Un homme d’affaires doit s’endurcir comme un explorateur des pôles. (p.41)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Frans Laarmans, un honnête employé d’Anvers, se retrouve poussé par ses amis à devenir un entrepreneur à succès. Lancé à la conquête du marché de fromages hollandais, il se pique au jeu, rêve de grandeur. Mais quand 10 000 boules d’édam sont livrées chez lui, les désillusions commencent. C’est Woody Allen au pays du gouda !

À propos de l’auteur :
Patron désenchanté d’une agence de publicité, Willem Elsschot (1882-1960) est devenu  l’un des plus grands écrivains flamands; son humour froid séduit, au cours des ans, des milliers d’adeptes puisque ses œuvres complètes sont sans cesse rééditées. Kaas (Fromage), paru en 1933 fera de lui une figure majeure de la littérature flamande et européenne.

Titre : Fromage
Auteur : Willem Elsschot
Éditeur : Le Castor Astral
Date de parution : 2017 – Première édition 1933Traduction du néerlandais par Xavier Hanotte Titre original : Kaas

Pour vous le procurer

Publicités

Recettes d’amour et de meurtre

Recettes d’amour et de meurtre

recettes d'amour et de meurtres librairie gourmandeTannie Maria, plus large que haute, est responsable de la rubrique culinaire du journal local la Gazette du Klein Karo. Alors qu’on lui annonce la suppression de sa rubrique, elle hésite à prendre en charge le courrier du cœur, mais parvient à intégrer avec parcimonie son amour des recettes qui réchauffent le cœur. Bouleversée par l’assassinat d’une lectrice-amie, elle mène une enquête en compagnie d’une reporter-journaliste qui les transporte au cœur d’un monde sournois.

Des personnages attachants : un jardinier, une New-yorkaise enflammée, un chef de police aux moustaches rousses, une salle de rédaction où l’intrigue se tisse dénouant quelques fausses pistes, nous voilà au cœur d’une enquête où les grands enjeux écologiques secouent la planète. … Elle insiste sur les « saloperies des compagnies agricoles qui ont ruiné l’agriculture de subsistance en Afrique avec leurs produits chimiques. Pesticides, herbicides, engrais de synthèse et maintenant les OGM. C’est simplement criminel ! Et maintenant la fracturation hydraulique avec des gaz toxiques pour trouver le gaz de schiste. Ces compagnies sont la honte de la planète. Il faut les arrêter ». (212)

Ce polar gourmand nous plonge également dans la récente actualité sud-africaine notamment lors de la libération de Mandela et de cette émouvante rencontre avec Obama.

afrique du sud

Deux ajouts bonifient la finale :

– les nombreux mots Afrikaans tout au long du texte sont répertoriés dans un index à la fin appuyant ainsi la fierté linguistique de l’auteure.
– Suivent, en bonus, les recettes qui nous font saliver tout au cours de la lecture, notamment celle du fameux Gâteau parfait au chocolat et au babeurre qui devient élément de réconciliation à quelques reprises.

Un pavé de plus de 400 pages, au rythme d’une vie africaine où l’amitié, l’amour, la cuisine réconfortante et une conscience sociale en éveil valent des heures de bien-être.

tissu africain
Elle ne boudent pas son plaisir à rendre les expressions métaphoriques visuellement goûteuses et colorées. Ici, l’auteure Sally Andrew et la traductrice s’amusent à les teinter de couleurs alimentaires. Je me suis amusée à en répertorier quelques-unes : Elle était aussi déterminée qu’une lionne en train de traquer son repas Elle l’a bousculé comme si elle ne pesait pas plus qu’une meringue — On a vu du sang couleur sauce tomate —
Le visage des enfants se sont décomposés comme de la pâte a gâteau quand on ouvre le four trop tôt. — Je vais vous aider a-t- il dit tout sucre, tout miel !

Un extrait pour la couleur

Dans le premier Cook with Ina Poorman, il y avait une feuille volante avec une recette de cheesecake au butternut écrite à la main. Le 2 e et 3 e , Karoo Kitchen et A Celebration of South African Food, étaient vides. Le 4 e et plus gros livre était le Cook and Enjoy. Je l’ai attrapé et une feuille s’en est échappée : la lettre que je lui avait écrite dans la Gazette avec le curry d’agneau. Elle était dissimulée dans son livre de recettes, tout comme le courrier qu’elle m’avait envoyé et que je gardais dans la version du même livre : Kook en Geniet. Cette découverte m’a donné la chair de poule. À croire que nos livres de recettes communiquaient l’un avec l’autre depuis l’au-delà… (366)

Chakalaka_Soup-580x269

Quelques notes de l’éditeur (4 e de couverture) :
Recette de meurtre : 1 homme trapu qui maltraite son épouse; 1 petite épouse bien tendre ; 1 dure à cuire de taille moyenne qui en pince pour l’épouse; 1 fusil de chasse; 1 petite ville du Karoo marinée au secret; 3 bouteilles de brandy Klipdrift; 1 poignée de fausses pistes et de suspects bien mélangés; 1 pincée d’envie …
Jetez tous les ingrédients dans une grande casserole et laissez lentement mijote pendant quelques années en remuant avec une cuillère en bois. Vers la fin, ajoutez le piment et le brandy, puis montez le feu.

À propos de l’auteure : sally andrew
Connue pour son engagement en faveur de l’environnement, Sally Andrew vit dans une réserve naturelle du Karoo, en Afrique du Sud. Recettes d’amour et de meurtre est son premier roman, traduit dans douze langues.

Titre : Recettes d’amour et de meurtres
Auteure : Sally Andrew
Éditeur : Flammarion
Date de parution : 2017
Traduction de l’anglais (Afrique du Sud) : Rose Labourie

Pour vous le procurer

 

Les plus croustillantes anecdotes à boire et à manger

À raconter entre la poire et le fromage

Les plus croustillantes anecdotes à boire et à mangerRares sont les belges qui parviennent jusqu’à nous ! Mais cette-fois-ci, Marc Pasteger, ce Bruxellois vaut la découverte ! Ce journaliste est l’auteur d’un recueil  de petites anecdotes où aliments et boissons servent de points de départ à des récits curieux et étonnants. Dans tous les cas, elles font sourire par leur finesse et leur malignité bonne enfant ! A laisser traîner dans les toilettes pour la détente ou dans la chambre à coucher pour se régaler de quelques histoires qui vous mèneront doucement vers un sommeil léger… avec un curieux sourire en coin !

Un extrait pour donner la couleur

Mauvais placement : Dans un dîner, le maître de la maison flirte ouvertement avec une jeune femme. Son épouse remarque son manège. Au cours du repas, elle en parle à la comédienne Alice Sapritch, l’une de ses invitées et lui annonce « La prochaine fois, je le placerai à côté de vous ! »

l_708_fdl-livre-histoire-insolite-boire-manger

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Des histoires de table incroyables, amusantes, parfois dramatiques, souvent insolites et toujours vraies!
Parmi d’autres anecdotes savoureuses, vous découvrirez que…
• Le pape Clément X a sans doute été assassiné parce qu’il ne s’est pas méfié de son péché mignon, le chocolat.
• À Helsinki, une femme de ménage fut enfermée quatre jours et quatre nuits dans un ascenseur. Elle survécut en mangeant son éponge par petits bouts et en buvant l’eau de son seau.
• Un jeune garçon plante des pépins de poire dans le jardin de sa grand-mère et a une belle surprise lorsque, plusieurs décennies plus tard, il rachète sa maison.

À propos de l’auteur: marc

Marc Pasteger est rédacteur en chef du « Soir magazine » à Bruxelles. Il a signé une vingtaine de livres de curiosités.

Titre : Les + croustillantes anecdotes à boire et à manger
Auteur : Marc Pasteger
Éditeur : La boîte à Pandore
Date de parution : 2015

Pour vous le procurer

Aux délices de Miss Caprice

Un roman à dévorer sans culpabilité

Aux délices de Miss Caprice - Evelyne GauthierUn style léger et frais qui plaira aux jeunes adultes, filles surtout. Comédie romantique ou le prince charmant n’est jamais très loin. Un ton léger, une histoire sans grand rebondissement mais où le quotidien, en grande partie, est empreint de cette teinte rosée qui définit cette littérature !

Un extrait pour donner la couleur

« Elle devait sans doute songer à faire ses gâteaux d’avance avec du fondant et de la crème au beurre et les congeler par la suite. Oui, c’est sûrement ce qu’il y a aurait de mieux. Elle doit déterminer immédiatement avec Mylène les types de friandises qu’elle compte apporter pour les bars à bonbons et s’assurer de s’approvisionner au plus vite. » (page 137)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Trois amies inséparables, des plaisirs gourmands en quantité, une bonne dose de fous rires et des beaux hommes à profusion: du bonbon! Melissa, Anne-Marie et Mylène sont trentenaires, proches depuis toujours. L’une est une mère de famille dévouée, l’autre est mariée à un homme fortuné et la troisième est une femme de carrière un peu trop indépendante. Désirant pimenter leur vie plutôt stable, les jeunes femmes ouvrent une boutique de cadeaux sucrés: Miss Caprice.
Au fil du succès de la pâtisserie, les trois copines sont confrontées à de multiples changements et questionnements, certains reliés à leur nouvelle entreprise, plusieurs autres à leur vie amoureuse. Admirateur secret, trahisons, flamme interdite et passions de toutes sortes se succèdent dans ce nouveau roman à s’en lécher les doigts!

À propos de l’auteure evelyne

Née à Montréal, Evelyne Gauthier a étudié en lettres et langues au Cégep de Maisonneuve et études françaises à l’Université de Montréal. Evelyne Gauthier a publié son premier livre en 2003, lequel fait partie d’une série de romans d’aventures pour la jeunesse. Elle signe ici son 3e roman pour jeunes adultes.

Titre : Aux délices de Miss  Caprice
Auteur : Evelyne Gauthier
Éditeur : Guy Saint-Jean
Date de parution : 2015

Pour vous le procurer

Le voleur de sandwichs

Le voleur de sandwichs Le voleur de sandwichs est un polar pour enfants.
Ce petit livre quant à moi s’adresse autant aux adultes, les illustrations sont magnifiques qu’aux plus petits.

On entre dans la tête de ce petit gars qui se fait dérober son sandwich tous les matins et qui part à la recherche de celui ou celle qui le prive de ce bonheur quotidien !

On retrouve plusieurs sujets comme l’amitié, le rapport aux adultes, l’école, le quotidien dans une famille québécoise, le rapport à la nourriture et à la nutrition en plus d’être un livre plein plein d’humour !

Un livre coup de cœur à lire à vos enfants une journée à la fois pour les tenir en appétit ^^

Un extrait pour donner la couleur

Le Sandwich au jambon de ma mère, je l’aurais reconnu entre mille, parce qu’elle utilise un pain spécial à la farine d’épeautre, qu’elle va chercher dans une boulangerie secrète tenue par des moines kung-fu

tumblr_n8r1lmKqdG1sw4ncpo1_1280

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture):
Marin s’est fait voler son sandwich, celui du lundi au jambon-cheddar-laitue, son préféré ! Quel malfaisant a pu commettre un acte aussi cruel ? Le mardi, c’est le jour de son deuxième sandwich préféré : celui au thon que sa mère prépare avec sa fameuse mayonnaise et des tomates séchées. Pour ne pas mourir de faim, Marin décide de tendre un piège au voleur…

À propos des auteurs: 522954-patrick-doyon
Depuis la fin de son baccalauréat en design graphique en 2005, Patrick Doyon travaille comme illustrateur et réalisateur de films d’animation. Son court-métrage Dimanche, produit par l’Office national du film du Canada, a recueilli les honneurs sur le circuit international et une nomination pour l’Oscar ® du meilleur court métrage d’animation en 2012, en plus de remporter le Jutra dans cette catégorie. Ses illustrations pour divers magazines ont remporté de nombreux prix.

imageAndré Marois est né à Créteil, en France, en 1959.   Il émigre à Montréal en 1992 avec ses deux enfants, pour travailler comme concepteur-rédacteur pigiste indépendant. Depuis 1999, il publie des romans noirs pour les adultes, des romans policiers pour les enfants et des nouvelles pour tirer sur tout ce qui bouge…

 

 

Titre: Le voleur de sandwichs
Auteurs: Patrick Doyon et André Marois
Éditeur: La Pastèque
Année: 2015                                                 Pour vous le procurer

Bacchus et moi

9782757845806-bacchus«Il aime le vin ; il possède un excellent nez et un bon palais ; il adore bavarder avec les vignerons, se promener dans leurs vignes et goûter dans leurs caves ; il a la mémoire de ce qu’il a bu et mangé ; il écrit merveilleusement bien ; et, chose rare chez les chroniqueurs de la dive bouteille, il a beaucoup d’humour. Ce phénomène s’appelle Jay McInerney. Il parle avec compétence et enthousiasme des chablis, des montrachets, des meursaults, d’autres blancs comme les vins secs de Graves, « ces oubliés », les pinots gris d’Alsace, la coulée-de-serrant et
ses arômes de coing. Il dit souvent chez qui il se fournit…Il ne parle pas que des vins français célèbres ou modestes. Son goût très éclectique l’a emmené en Espagne (Gran Coronas de Miguel Torres), en Italie (le barbera, le barolo), au Chili, en Nouvelle-Zélande et, bien sûr, en Californie. Il fait l’éloge du terroir mais aussi des vignerons…Jay McInerney ? Un Chasse-Spleen d’une très grande année. » La revue de presse : Bernard Pivot – Le Journal du Dimanche du 1er décembre 2013

e6a896541c976437e156f7be46f720c3

Un extrait pour donner la couleur

Le rosé, de la Provence à Long Island – Un soir d’été, dînant au restaurant Sunset Beach, sur Shelter Island, je remarquai beaucoup de bouteilles de rosé dans les seaux à glace.
Et comme Sunset Beach est en quelque sorte l’équivalent pour Long Island des plages de la Côte d’Azur, le fait qu’on entendît beaucoup parler français à ces tables n’était pas sans rapport. Depuis longtemps, pour les beautiful people de Cannes et de Saint-Tropez, le rosé est le vin d’été par excellence, mais il n’a pas vraiment conquis le public américain. (page 111)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Ce livre de Jay McInerney réunit soixante-six de ses chroniques parues dans House and Garden et dans le Wall Street Journal, chroniques qui se nourrissent des connaissances qu’il a accumulées avec le temps sur toutes sortes de vins, sur les gens et les lieux qui les produisent à travers le monde. On voyage ainsi avec lui des châteaux légendaires de la culture vinicole à l’Australie, la Nouvelle-Zélande, en passant par les collines de Santa Rita et Paso Robles, l’Argentine et le Chili. On rencontre ces « fous de raisin », vigneron, sommelier, expert, qui ont mis leur énergie au service de leur passion et les personnalités du monde vinicole deviennent les personnages des récits oenophiles de McInerney. Si on apprend beaucoup de ses réflexions sur le monde du vin, on s’amuse également de ses nombreuses anecdotes et de ses comparaisons brillantes et cocasses. Qu’est-ce qui différencie Lafite et Mouton ? Comment lire les étiquettes de vin allemand ? Quels sont les champagnes accessibles (ou décidément pas) ? Que boire avec les cuisines asiatiques ? Par quel miracle l’expression « vin californien » a-t-elle cessé d’être un oxymore ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles ce recueil instructif et réjouissant permet de répondre en toute subjectivité car, pour McInerney, le goût du vin doit rester une
affaire hautement sentimentale.

À propos de l’auteur : JayMcinerney_07
Jay McInerney, né en 1955, a obtenu un énorme succès avec son premier roman Bright Lights, Big City (1984). Il est aussi l’auteur de Trente Ans et des poussières (1992), roman auquel il donnera une suite située après le 11 Septembre avec La Belle Vie (2007). Depuis plus de dix ans, il écrit des chroniques sur le vin pour différents journaux américains, dont le Wall Street Journal.

Titre: Bacchus et moi
Auteur : Jay McInerney
Éditeur : Point
Date de parution : 2013
Traduit de l’américain par Sophie Brissaud

Pour vous le procurer

La mafia se met à table

Histoires et recettes de l’illustre société

indexPetit livre savoureux autant par les recettes qu’on y retrouve que par la découverte de ce monde mafieux, présenté avec humour. L’auteur présente 10 rendez-vous authentiques en les illustrant de véritables festins, servis lors de ces rencontres décisives, incluant les menus et les vins qui les accompagnent. Surprenant de lire le Banquet de Messine de 1860, «croyant offrir la Sicile à Victor-Emmanuel, roi de Piémont, Garibaldi vient d’en faire cadeau aux zii de la Mafia. Reconnaissants, les chefs de familles offrent au au «libérateur» un banquet qui devait lui rester sur l’estomac». À retenir, autant l’anecdote historique que les menus et recettes aux noms évocateurs : courge à l’aigre-douce, flan de châtaignes, cocktail de pâtes froides… !!

 

Un extrait pour donner la couleur

Vive Mussolini, Vive Don Cuccio, Vive la Mafia – 1924 – Quelle drôle d’idée avait eue Mussolini de venir rendre visite à cette petite bourgade de Piana dei Greci, à une heure de voiture de Palerme! Six ans plus tôt, le roi lui-même, dans ce fief mafioso, s’était aperçu que c’était un petit homme noiraud nommé Don Cuccio Cuscia qui était dans ces lieux le seul maître après Dieu. Peut-être même avant…

mafia-en-la-mesa

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)

Douze ans de séjour en Italie m’ont appris que l’histoire de la Mafia s’identifie absolument avec l’histoire de la gastronomie sicilienne. Les pezzi da novante, les poids de quatre-vingt-dix, comme on appelle les capi de l’Honorable Société, en vertu de leur poids en respect, savent peaufiner leurs menus avec autant de soin qu’ils en mettent à préparer leurs crimes. Cuscinate il delitto, cuisiner le délit, est une expression insulaire dont la signification est loin d’être casuelle.

À propos des auteurs:

Jacques Kermoal a exercé la fonction de grand reporter. Journaliste, Martine Bartolomei a assuré la partie cuisine de cet ouvrage.

 
Titre : La Mafia se met à table
Auteur : Jacques Kermoal et Martine Bartolomei
Éditeur : Actes Sud et Babel
Date de parution : 1986

Pour vous le procurer