Le cahier de recettes

Des centaines de cahiers ou de livres de recettes se discutent l’espace-tablette de ma Librairie. Voici un véritable coup de cœur pour tous amateurs de littérature gourmande !

Un voyage nostalgique dans le temps qui sollicite tant l’esprit que les papilles et le cœur. Un livre d’amour entre le père, le fils et en filigrane une mère absente.
La transmission de la cuisine française – celle de l’époque, celle des tripiers, et dira-t-il  « Le respect des animaux, c’est important, mort et vivant. Plus encore en cuisine. »
Celle des tripiers, de la hampe-frite au menu et celle du cépage Noah, ce cépage interdit depuis les années 1930 en France – il rend fou, parait-il !

Des recettes camouflées sous quelques lignes littéraires, recettes de crêpes, de mousse au chocolat, de bolognaise, de bœuf aux carottes … ou ce ne sont pas les ingrédients que les gestes du maître qui valent la lecture.

J’ai particulièrement apprécié ce livre… avec quelques irritants dont les références à une vie qui se déroule à Paris…  (Avec l’empressement d’un gardé à vue qui vient de signer son P.-V de sortie). (A ton âge, j’étais obligé de marner dans un fournil…) et surtout (les senteurs de l’été indien – me fait toujours grincer des dents – ils comprendront peut-être un jour que cette expression n’est pas de Jo Dassin mais bien issue de la réalité québécoise. !

Un extrait pour donner la couleur 

On boit, on bouffe, on se gave, on flirte, on dégueule, on reboit. Et toi, tu turbines dans ta cuisine. Tu dresses des coupes de sorbet avec des tuiles. … Fais pas ça mon fils !

Tu prends un poêlon dans lequel tu verses une pluie de sucre en poudre qui fond, ça sent le caramel, tu retires le poêlon du feu et ajoutes du beurre, puis de la crème. Tu étales ce mélange sur une crêpe, dans lequel je mords à pleines dents

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Monsieur Henri, le charismatique patron du restaurant le Relais fleuri, s’est toujours opposé sans explication à ce que son fils Julien devienne cuisinier. Quand il sombre dans le coma, Julien n’a plus qu’une obsession : retrouver le cahier où, depuis son enfance, il a vu son père consigner ses recettes et ses tours de main. Il découvre alors d’autres secrets et comprend pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot. Avec ce roman, Jacky Durand nous offre le magnifique portrait d’un homme pour qui la cuisine est plus qu’un métier : le plaisir quotidien du partage et l’art de traverser les épreuves. Une tendre déclaration d’amour filial, une histoire de transmission et de secrets, où, à chaque page, l’écriture sensuelle de l’auteur nous met l’eau à la bouche

À propos de l’auteur :
Jacky Durand est journaliste culinaire. Depuis des années, il sillonne la France pour ses chroniques culinaires dans Libération

Titre : Le cahier de recettes
Auteur : Jacky Durand
Éditeur : Stock
Date de parution : Avril 2019

Publicités

Dolce Agonia

Le roman que j’aurais voulu écrire !

agoniaUn trait de génie que ce scénario où la fin n’est que le début de chaque histoire ! et où, finalement, malgré les longs détours de vie, chaque destin ne semble fondamentalement éclairé que par l’amour.
Lors de la Thanksgiving, 12 amis se rencontrent autour d’un festin bien arrosé. Ensemble, romanciers, boulanger, juriste, ex-maitresses, forment un huis-clos et les préparatifs du repas deviennent prétexte à confidences. Une tempête les retient pour une longue nuit  où, l’alcool aidant, les confidences intimes dévoileront leur intense vulnérabilité face à ce narrateur, nul autre que Dieu lui-même qui seul, connaît la fin !!!

Ce bouquin nous impose une introspection, une évaluation du chemin parcouru et si tant est, celui qui nous reste, si court soit-il.

Un extrait pour donner la couleur

Beth est en train de sortir les petits sacs des grands – ah oui les amuses-gueules : chips, nacho, guacamole, cacahuètes, bretzels, le tout marqué «allégé en matières grasses … peu de calories … peu de cholestérol … peu de sel. Les yeux étincelants d’ironie, les yeux de Rachel rencontre le regard de Sean… puis se tourne vers le placard pour chercher des bols où entasser ces péchés insipides, des dangers dilués, des transgressions calibrées.

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Dieu, qui se prend sans doute pour un romancier, se livre ici au malicieux plaisir de nous montrer, au début de chaque chapitre, vers quel destin s’acheminent à leur insu douze convives qui passent ensemble une soirée de Thanksgiving dans l’Amérique profonde. Ces convives, campés avec l’autorité que leur donne une romancière rompue à l’art de révéler le vertige des pensées et la valse des sentiments, conversent sur la naissance et la mort, ils discutent de l’existence et de l’amour, ils déballent leurs espérances et leurs désillusions, et font voir, au passage, le métissage complexe de leur société. Mais le lecteur, averti du sort qui les attend, assiste à leurs manèges avec, dans sa conscience, le poids d’une vérité qu’il est incapable de leur transmettre. Peu à peu apparaît ainsi l’étrange relation que le roman entretient parfois avec notre propre vie.

À propos de l’auteure :web_MG_7061_900

Nancy Huston, née en 1953 à Calgary en Alberta au Canada, d’expression anglaise et française. À 20 ans, elle s’installe à Paris pour poursuivre ses études et elle y vit toujours. Sa carrière de romancière débute en 1981 avec Les Variations Goldberg. Elle également musicienne et la musique inspire plusieurs de ses romans.

Titre : Dolce Agonia
Auteur : Nancy Houston
Éditeur : Actes Sud
Date de parution : 2002
Traduction de l’anglais par l’auteur

Pour vous le procurer