Dîner à Montréal

Pense à moi quelquefois !

Je n’avais jamais lu Philippe Besson! Mais quel titre accrocheur pour un blogue culinaire : Dîner à Montréal !

Quatre convives autour d’une table dans un restaurant du Village. Paul et Philippe, ex-amants, également l’épouse de l’un et le jeune amant de l’autre. Le cinéma aime ces situations, dialogues hachurés, regards furtifs, échanges équivoques… ici, Philippe Besson intensifie ces instants impudiques et la lecture de ce roman est un bonheur de mise en situation.

La rumeur effervescente du restaurant, le tintement des verres, l’intervention inopinée des serveurs et toujours, les souvenirs douloureusement présents de cet amour où la jeunesse offrait un sauf-conduit. Nonobstant ces échanges courtois et banals qui pourraient combler les longs vides, la totalité de l’espace est occupé par cette déchirante histoire d’amour des deux amants qui se retrouvent pour la première fois depuis 17 ans. Une écriture empreinte d’intimité loin des conventions admises. Et, en finale, l’auteur impitoyable dira Tout était dans le passé et allait y rester.

 

Un extrait pour donner la couleur 

Une serveuse s’approche de notre table et nous demande si nous sommes prêts à commander. Chacun de nous jette un coup d’œil rapide à la carte et annonce son choix. Je m’amuse à constater qu’Antoine et Paul ont commandé la même chose (un burger frites) et qu’Isabelle et moi avons opté pour la même salade. Pour un type comme moi, convaincu que l’essentiel gît dans les détails et les gestes ordinaires, c’est presque trop insignifiant. (71)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Deux anciens amants se retrouvent presque par hasard à Montréal, dix-huit ans plus tard. Qui sont-ils devenus ? Sont-ils heureux, aujourd’hui, avec la personne qui partage désormais leur vie? Au cours d’un dîner de retrouvailles, à quatre, les souvenirs ressurgissent avec les non-dits, les regrets, la conscience du temps qui passe, mais aussi l’espérance et les fantômes du désir.

À propos de l’auteur
Philippe Besson est un écrivain, dramaturge et scénariste français. Il a été également critique littéraire et animateur de télévision. En 2017, il totalise 18 romans, dont plusieurs ont été adaptés pour le cinéma ou le théâtre, de plus, il a participé à l’écriture du scénario de plusieurs téléfilms.

Titre : Dîner à Montréal
Auteur : Philippe Besson
Éditeur : Julliard
Date de parution : 2019

Publicités

Chambre 1002

Ou la force des Muses

Comme j’aurais aimé faire partie de ces muses de la Chef, Marie l’artiste, Gabrielle l’actrice, Ornella la sommelière, Justine le nez et Viviane la journaliste, dont la gourmandise est une merveilleuse source de bonheur partagée. Peut-on rêver meilleur aréopage !
À Paris, elles nous entraînent prendre un verre à l’Écluse et l’auteure en profite pour parler de l’excellent roman de son amie Geneviève Lefebvre Toutes les fois où je ne suis pas morte, ainsi que de l’essai hilarant de Julian Barnes, Un homme dans sa cuisine dans lequel il fait part de ses angoisses en cuisine. Recommandations partagées!

Chrystine est vraiment une épicurienne ! Elle en profite pour faire ses recommandations d’achat  pour le meilleur. Ainsi, à Montréal, on se procure le fromage chez Bleu et Persillé, son dessert chez Rhubarbe et on apporte son vin Aux Héritiers. À Paris, on prend le thé chez Mariage Frère, un verre à l’Écluse et on se pourlèche de la glace aux marrons de Berthillon; à New York, on consulte le menu d’Eleven Madison Park, et on flâne au Chelsea Market ! À Québec, ça va de soi,  au Tempura du Pavillon Lassonde à la table de Marie-Chantale Lepage.

Mais ce roman vaut plus que l’étalage des bons et beaux lieux, il met particulièrement en évidence la force de l’amitié manifestée sous toutes formes. Ne jamais sous-estimer l’impact d’un regard compatissant, d’un sourire, d’une démarche aussi mince soit-elle à une personne malade ou en état de dépendance. La vie souvent ne tient qu’à cela !

Un extrait pour donner la couleur 

« Figure-toi que les amies d’Hélène Holcomb pensent qu’elles peuvent solliciter son cerveau et l’amener à se réveiller en lui faisant sentir des odeurs de cuisine qu’elle a toujours aimées… Les arômes n’avaient peut-être pas encore agi sur Hélène, mais modifiaient doucement l’ambiance qui régnait dans l’aile où dormait la célèbre chef, en s’opposant aux relents des produits d’entretien, de sueur, de malades, tandis que les couleurs pimpantes de la salade fattouche, de la charlotte aux framboises, du tajine de poulet au citron confit, de la glace à la pistache appelaient de la joie en ces lieux si ternes. (149)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Hélène, chef montréalaise mondialement connue, se rend à New York afin d’y recevoir un prestigieux prix culinaire. Sur le chemin du retour, la tragédie frappe : elle est retrouvée inconsciente à la suite d’un brutal accident de voiture. Simple malchance ou acte prémédité ? Les enquêteurs travaillent à éclaircir le mystère, mais les pistes demeurent floues autour de cette femme apparemment sans ennemis. Hélène, plongée dans un profond coma, est veillée par ses amies les plus proches qui, après plusieurs semaines passées sans observer de progrès, mettront en place une ingénieuse stratégie aromatique pour tenter de ramener à la vie celle qui était le pilier de leur groupe.

À propos de l’auteure :
Chrystine Brouillet a écrit plus d’une cinquantaine de romans, surtout policiers. Elle fait partie des quelques rares auteurs québécois à vivre de sa plume. Ces héroïnes, à l’image de son auteure, cultivent un doux penchant pour la gourmandise.

Titre : Chambre 1002
Auteure : Chrystine Brouillet
Éditeur : Druide
Date de parution : 2018

Les habitudes alimentaires des mal-aimés

Les mal-aimés ont faim. Faim de tout, faim d’un regard, d’un coup d’œil, d’un peu d’amour qui traîne… ! Prêt à tout pour ramasser quelques miettes … Attention, ce livre n’est pas un roman gourmand, et la gourmandise n’y occupe aucune place heureuse, mais plutôt un inlassable besoin de s’empiffrer de tout !! Elle se manifeste plutôt dans la malbouffe et le sexe désespéré. Un style caustique, un humour noir, une surprenante perspicacité !

Un extrait pour donner la couleur 

Et c’est ce qui a fait que Garry s’est présenté au travail de Damon le lendemain. Un lunch entre chums avec des sandwichs au thon. Une proposition. La proposition. Et Damon était désespéré. Il n’en pouvait plus de manger un chow mein à deux piasses chaque jour après le travail en contournant les chantiers de construction sur la Saint-Laurent. Ceux qui ont de l’argent ne font jamais de lèche-vitrine. (p. 43)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Les habitudes alimentaires des mal-aimés explore la signification du manque et de la consommation à travers les appétits de ses personnages : que dit la faim qui nous tenaille sur l’état de nos cœurs sans défense? Ellen, sur un toit, saute à la corde sous le soleil brûlant de la Corée. Elle a solennellement renoncé aux glucides jusqu’à ce qu’elle trouve un pantalon à sa taille. Dans cet univers où des poutines à demi-mangées traînent sur les planchers des salons et où des grains de maïs au beurre maculent les mentons de graisse, les cocktails dilués, le mauvais café, les fourchettes en plastique et les cigarettes abondent. Partout.

À propos de l’auteure :

Megan Gail Coles est née à Savage Cove, Terre-Neuve. Elle a étudié à Montréal et vit à St. John’s. Elle a publié cinq pièces de théâtre et planche sur son premier roman. Ce recueil de nouvelles, traduit par Sophie Coupal a remporté les prix BMO Winterset et Margaret John Savage.

Titre : Les habitudes alimentaires des mal-aimés
Auteure : Megan Gail Coles
Éditeur : Marchand de feuilles
Date de parution : 2017
Traduction de l’anglais par Sophie Coupal

Pour vous le procurer

Oh ! La belle province !

Épopée touristique

Oh! la belle province! - épopée touristique.jpg

Une virée autour du 24 juin sur la 20, de Montréal vers le Bas du fleuve. Des extraits de chansons inscrites dans notre ADN et qui nous restent en tête dont Le plus beau voyage de Claude Gauthier. Un prétexte savoureux pour vivre une traversée du Québec, Dorais s’amuse à nous balader rapidement au cœur de l’événement et nous présente les gens de la place : les Cabanois, cabanoise, les Damelacois, damelacoise, les Témilacois, Témilacoise … Petit motel, cabane à patate, terrain de camping, un voyage surprenant mais je vous préviens vous ne verrez plus jamais le pogo de la même façon.

Un extrait pour donner la couleur 

Les kiosques qui les accueillent à présent offrent de la nourriture. Un panneau. Un panneau sonore « Clermont Patate. Clairement Patate ». Voilà qui est épatant, estime Fleurette. Ledit Clermont sert de grosses assiettées de patates pilées mélangées à des morceaux de bacon, de petits pois, d’ananas, de poivrons et de cornichons. Il propose aussi des bonbons aux patates roulés dans la cassonade et trempés dans la mélasse. À côté, le kiosque se nomme «  La guedille traditionnelle ». On y trouve des guedilles aux
œufs, au jambon et au macaroni. On choisit celle qu’on désire, puis on la recouvre de salade de chou crémeuse ou de sauce à spaghetti… (page 29).

motel

Quelques notes de l’éditeur (4 e de couverture)
Ébranlée par un vol à main armée commis au restaurant où elle travaille, Fleurette décide de prendre quelques jours de vacances. Elle qui ne connaît du monde que son quartier montréalais part à l’aventure. Guidée par son grand cœur, elle parcourt sa belle province aux mille richesses: buffets gargantuesques, festivals de patenteux, motels une étoile, casse-croûte ou campings en bordure d’autoroute, et même le bar-salon du mythique Madrid. Sur son chemin, elle rencontre de bonnes gens, de souche et d’ailleurs, qui lui tendent généreusement la main. Elle arrivera à Cabano, terme de son pèlerinage, juste à temps pour célébrer la Saint-Jean et le chien chaud.
Ce voyage initiatique et gourmet ouvrira les yeux de l’héroïne sur les fondements de sa culture.
Non, vraiment ! rien, pas même les incidents sordides, ne pourra saper l’optimisme de notre candide Québécoise.

À propos de l’auteur david-dorais
Né en 1975 d’une mère vietnamienne et d’un père québécois, David Dorais est l’auteur de
recueils de nouvelles, notamment, en 2010, Le cabinet de curiosités, un recueil d’images insolites et de faits intrigants. Il a rédigé également de nombreux articles et essais critiques, dont Le corps érotique dans la poésie française du XVI e  siècle, en 2008. Père de 2 enfants, il vit à la campagne et à une passion pour le kitsch.

Titre :Oh! La belle province !
Auteur : David Dorais
Éditeur : Leméac
Date de parution : 2016

Pour vous le procurer

Planète Lili

« Je m’appelle Lili, j’habite la Petite-Italie, le quartier le plus savoureux de Montréal […] »
Planète Lili - Nicole Moreau, Geneviève Després

Lili c’est un petit bout de fillette qui vit, rêve et joue dans son petit monde qui se situe dans la Petite Italie.
Elle nous raconte sa famille, ses amitiés, son été. Coup de Cœur pour Pépé son grand-père, artiste aux belles pensées, Mamie Biscotti gourmande de souvenirs, son chien Grelot et sa Tatie Tam-Tam qui est amoureuse de son Djembé.
Des petits textes poétiques, magnifiquement illustrés par Geneviève Després, qui dessine aussi le portrait d’un quartier: On y reconnaît l’épicerie Milano, le parc Dante, les ruelles et les duplex si typiques à ce quartier montréalais. Chaque personnage est touchant et nous rappelle un proche ou une personne déjà croisée au coin d’une rue.

Un petit livre pour toute la famille, à offrir, à exposer, à garder dans son sac pour une dose d’optimisme pour garder l’idée d’aller à la chasse aux arcs-en-ciel.
Un ouvrage jeunesse doux doux doux qui sent bon une journée d’été quand les enfants jouent dans la ruelle.  PlaneteLili_3-889x550

Un extrait pour donner la couleur

Tarzan, Tacot et Titigre sont nés sur mon oreiller. C’était la nuit. La nuit du jour le plus chaud de l’été. Toutes les étoiles étaient réveillées […]

PlaneteLili_5-471x550

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Le bonheur se cache dans les petits détails. Pour le trouver, il faut savoir lire… ou lilire. Lire dans les yeux des gens, lire entre les lignes et décoder les signes. Sur la planète de Lili, sourires, clins d’œil et taquineries font tous les jours partie de la vie et le monde est tout sauf gris. En plein cœur de la Petite Italie, Lili joue, rêve, rit et observe le monde dans lequel elle vit (amis, smala, cabot et vieux divan compris). Bienvenue sur Planète Lili, là où bonne humeur se conjugue avec bonheur de lire.

À propos des auteures :

gr_DESP1029Geneviève Després est diplômée en design industriel, Geneviève Després a œuvré comme illustratrice dans divers domaines. Elle a vécu à  Paris et en Italie, où, elle a été inspirée par le style illustratif européen, elle a exploré différentes techniques artistiques. Depuis son retour au Québec, elle illustre des albums jeunesse. mo_MORE1098

Nicole Moreau est bibliothécaire de profession, elle n’a pourtant ni l’air aigri ni chignon. Habitant à deux pas de la Petite Italie, elle dit à qui veut l’entendre que les tiramisus sont excellents pour la santé. Planète Lili est son premier roman aux Éditions de la Bagnole.

 

Titre : Planète Lili
Auteures: Nicole Moreau, Geneviève Després
Éditeur : Les éditions de la Bagnole
Date de parution : 2015

Pour vous le procurer