Fromage

                                                                 Ou Woody Allen au pays du gouda


Quelle histoire fascinante… à peine 100 pages où l’humour et la finesse de situation nous captivent si rapidement… impossible de le quitter… !

Dû à l’intervention d’un impossible mentor, ce sombre fonctionnaire réalise un rêve, et aux yeux de ses confrères de bureau, voilà qu’il est propulsé au statut de véritable d’homme d’affaires… avec 10 000 fromages en dépôt dans sa cave. Cette reconnaissance lui procure une fierté associée rapidement à une angoisse incontrôlable, à la limite du rocambolesque. Une satire savoureuse du monde des affaires, où cette facilité apparente devient une angoisse incontrôlable. Et me voilà transporter dans le Grand Budapest Hotel, ce magnifique film où une série d’aventures rocambolesques et invraisemblables ouvrent la porte d’un monde d’un merveilleux monde de réalités poétiques !

Cet opus, dont la première édition à presque cent ans, est encore plus fascinant avec la lecture du temps qui passe et ou certaines réalités changent si peu finalement.

Un extrait pour donner la couleur 

Pareils à des meules, de gigantesques gruyères faisaient office de fondations, sur lesquelles reposaient chesters, goudas, edams et toutes sortes de fromages qui m’étaient totalement inconnus. Parmi les plus grands, certains avaient le ventre ouvert et les entrailles à nu. Verts de moisissure, les roqueforts et gorgonzolas paradaient avec licence, tandis qu’un escadron de camemberts laissaient échapper leur pus.
Je ne voulais pas céder devant la puanteur et avais décidé de ne m’en aller que lorsque j’estimerais le temps venu. Un homme d’affaires doit s’endurcir comme un explorateur des pôles. (p.41)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Frans Laarmans, un honnête employé d’Anvers, se retrouve poussé par ses amis à devenir un entrepreneur à succès. Lancé à la conquête du marché de fromages hollandais, il se pique au jeu, rêve de grandeur. Mais quand 10 000 boules d’édam sont livrées chez lui, les désillusions commencent. C’est Woody Allen au pays du gouda !

À propos de l’auteur :
Patron désenchanté d’une agence de publicité, Willem Elsschot (1882-1960) est devenu  l’un des plus grands écrivains flamands; son humour froid séduit, au cours des ans, des milliers d’adeptes puisque ses œuvres complètes sont sans cesse rééditées. Kaas (Fromage), paru en 1933 fera de lui une figure majeure de la littérature flamande et européenne.

Titre : Fromage
Auteur : Willem Elsschot
Éditeur : Le Castor Astral
Date de parution : 2017 – Première édition 1933Traduction du néerlandais par Xavier Hanotte Titre original : Kaas

Pour vous le procurer

Publicités

Le Festin de John Saturnal

9782246800033FSUn grand voyage dans la cuisine du Moyen-Âge, période où la transmission du savoir passe par les liens du sang. Guérisseuse experte en plantes, la mère de John lui en a transmis tous les secrets avant sa mort. Le parcours initiatique de ce fils orphelin, sa passion amoureuse, sa connaissance des pouvoirs de la nature vont le suivre jusque dans les offices d’un château au 17e siècle, en Angleterre. Instruit par le livre que lui a laissé sa mère sur le festin des Saturnales (fête donnée en l’honneur de Saturne ou régnait la liberté et le plaisir), il apprend la cuisine auprès du Maître de Cuisine Scovell et comprend que, sans équivoque, ce sera son lieu de vie.

Il tombera éperdument amoureux de Lucretia, la fille de Lord William qui l’héberge au château. Amour impossible puisqu’elle est promise à quelqu’un de son rang. Devenu maitre de cuisine, John prépare des festins grandioses inspiré par cet amour inaccessible. La description des mets est hors normes. Et l’histoire se poursuit, bousculée par une guerre civile qui mettra fin à la monarchie.

Un roman fascinant de connaissance, de dramaturgie et de légendes ancestrales. Une écriture poétique ponctuée d’icônes représentant les Saturnales et d’extrait du livre de John Saturnal.

Amateur de « médiéval », de tout ce savoir transmis, vous aimerez !

3cb88e6e9d497615_saturnalljpg.preview

Un extrait pour donner la couleur 

Puis, les portes s’ouvrirent. Des aides, des découpeurs de viande, des préparateurs de volailles, des pâtissiers, des boulangers, des rôtisseurs et des porteurs se ruèrent en masse dans la cuisine. Les cuisiniers et les seconds de cuisine se bousculaient autour de Scovell, debout devant la cheminée, balançant sa louche à bout de bras. Un dernier roulement métallique résonna jusqu’au plafond voûté. – Allumez les feux ! » dans l’âtre, le couvre-feu fut soulevé. Les soufflets furent actionnés. Les braises et les tisons s’enflammèrent. – À vos postes ! Les hommes s’éparpillèrent dans un tourbillon de livrées et de tabliers. (p. 162)

opera_de_scappi

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Angleterre, XVIIe siècle : Susan, guérisseuse et sage-femme lègue à son fils, John, un savoir contenu dans Le Livre du festin des Saturnal. L’orphelin est envoyé au Manoir de Buckland. Affecté aux cuisines, il pénètre dans un univers de faste et d’abondance, peuplé d’une armée de domestiques sur lequel règne Maître Scowell. Peu à peu, John s’initie au secret des fourneaux et parvient à une maîtrise parfaite de son art. A peine embauché, John s’éprend de Lucretia, le fille de Lord William. Mais leur union est impossible. Alors que John prépare le repas de noces de Lucretia et Piers, la nuit précédant le banquet, on apprend que le roi vient d’être destitué. C’est la guerre civile…Entre mythe et réalité, ce roman fascinant plonge le lecteur dans l’Histoire tourmentée de l’Angleterre du XVIIe siècle et nous invite à une odyssée culinaire riche en mets ancestraux dans les cuisines du manoir de Buckland.

À propos de l’auteur:AVT_Lawrence-Norfolk_9531

Lawrence Norfolk, né en 1963, à Londres, est connu pour ses romans historiques aux intrigues riches en détails. Après des études de littérature à King’s College, il entame une carrière d’écrivain et de journaliste. Il rédige divers articles pour des publications, dont The Washington Post, Esquire, GQ, The Times et participe aux émissions littéraires et culturelles. En 1992, il remporte le prix Somerset-Maugham avec son premier roman.

 

festin-john-saturnal-L-bdpMhq

Titre : Le Festin de John Saturnal
Auteur : Lawrence Norfolk
Éditeur : Grasset
Date de parution : 2012
Traduction de l’anglais par Alice Seelow

Pour vous le procurer