Dans l’œil noir du corbeau

9782266250108Ce roman m’était passé sous le nez, j’en conviens ! Ce pseudo-polar qui commence tout doucement à la lueur d’un amour juvénile et dont l’intrigue prend forme sans trop qu’on en tienne le fil. Pourtant, cette semaine de neige avec un jeune américain, alors qu’elle n’a que 16 ans, aura des conséquences fatales sur Anne, la séduisante chroniqueuse culinaire, « animatrice de fiche-cuisine » à la télévision française. Pour exorciser cet amour qui l’obsède toujours, elle profite du congé de Noël pour se rendre à San-Francisco afin de revoir cet homme qui lui a appris l’amour.

20 ans plus tard, rencontre insoupçonnée avec l’inspecteur américain qui a enquêté sur la cause, aujourd’hui, ex-flic fatigué, vivant seul, gourmet excessif et accros aux émissions culinaires de la française filiforme. Fiction très fiction … Ô surprise de la voir apparaitre à sa porte, alors qu’en solitaire, il est à préparer son festin pour le réveillon de Noël. Voilà que c’est autour de ce couple improbable que l’intrigue s’enroule… Insoupçonnée !

J’ai adoré retrouver les recettes, évoquées dans l’histoire, qui composent le festin des 2 protagonistes, recettes originales du chef français Eric Léautey. J’ai également apprécié les mentions des musiques de films, particulièrement enregistré sous le label Blue Note que l’inspecteur – alter ego de l’auteure, nous fait écouter sur son house-boat dans ces moments d’appétit !

Belle découverte cette nouvelle auteure !

Un extrait pour donner la couleur 

Son dernier réveillon gourmand remonte à Simon Hollow – un repas sur le thème du foie gras : Tranche sur pain saupoudrée de fleur de sel et de poivre du moulin, Fondants aux mangues et oignons, Escalopes de foie gras poêlé aux fruits confits et pain d’épices, Langoustine au foie gras et au caramel de mandarine, Crumble de foie gras à la bergamote et Sucette glacée de foie gras. Le tout arrosé de Chablis. Tous deux avaient cuisiné nus sous leurs tabliers, mêlant préparation et préliminaires en un sensuel ballet derrière les fourneaux. (Pocket, p. 200)

images

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Paris. Pour fêter ses 40 ans, Anne Darney s’apprête à prendre l’avion à la recherche de son amour de jeunesse, Daniel Harlig, histoire de s’affranchir d’un souvenir qui l’obsède et aura contribué à l’échec de toutes ses relations amoureuses. Mais ce qu’Anne va trouver à San Francisco ne ressemble en rien à une bluette (roman de gare !) Pour connaître toute la vérité, il lui faudra convaincre un inspecteur de police fraîchement retraité, Bill Rainbow, grand amateur de gastronomie dont la corpulence n’est pas sans évoquer celle d’Orson Welles, de reprendre du service. En échange de la confection par Anne, cuisinière émérite, d’un repas de Noël digne du Festin de Babette, Bill va accepter de reprendre cette enquête qui le mènera à une découverte stupéfiante. Ce roman policier psychologique et charnel, truffé d’hommages à Alfred Hitchcock, où les secrets intimes enfouis dans le passé se mêlent aux appétits les plus crus, est ancré totalement dans l’époque, l’action se situant essentiellement aux Etats-Unis en décembre 2008, en pleine récession mondiale, un mois après l’élection de Barack Obama.

À propos de l’auteure: a0d1c624df313336313936303934363732313437

Sophie Loubière est romancière, journaliste et productrice radio. Auteure de cinq romans, de nouvelles policières et d’un livre jeunesse, elle a une grande passion pour la musique de films, qu’elle nous fait savourer dans ce livre. Elle chronique également en France pour Canal+, Cuisine.tv, ainsi que pour les magazines Rolling Stone, Synopsis et Musique Info Hebdo.

Titre : Dans l’œil noir du corbeau
Auteur : Sophie Loubière
Éditeurs : Cherche-midi : 2009; Pocket : 2014
Date de parution : 2009

 Pour vous le procurer

Publicités

La mort mène le bal

Et où le festin vénitien vaut la lecture !

mo_9782761942836Sans l’ombre d’un doute, Chrystine Brouillet est l’auteure de polar qui demeure la plus
fine gastronome du Québec. Née dans la Capitale, elle aime y faire circuler ses protagonistes, c’est le cas ici de Louise, amoureuse des chats, mais également…serial
killer.  Elle partage son temps avec son ami le chef Guido au chic restaurant Le Carte Noire et elle est prête à tout pour le sauver de la menace qui plane depuis que la mafia y
cherche à cueillir son pizzo. Rebondissement inattendu alors que le chef prépare un mémorable festin vénitien où l’action prendra une tournure surprenante, et où le menu
en fera saliver plus d’un…

L’auteure s’assure que ces personnages apprécie les bonnes choses … « Elle aime le bruit de la Famea, saisit la bouteille de Bowmore, accompagne son escargot fourrés d’un flan de cresson avec un Taittinger rosé, comment ne pas aimer les Puligny-Montrachet, remonte une bouteille de Meursault de la cave, admire la bouteille de Bollinger… y a surement du Chrystine Brouillet derrière ça !!

Et on apprend pourquoi les chats aiment tant boire dans les flaques d’eau, alors qu’ils ont un beau bol d’eau fraîche à la maison! Non pas à cause de l’odeur de chlore de l’eau du robinet mais « probablement à cause de leurs moustaches. Ils n’aiment pas qu’elles frottent contre les parois du bol. Elles doivent servir à transmettre des signaux instructifs,
pas à les agacer. » (p. 200).

Un polar à lire un samedi matin gris, alors que tout paraît ennuyeux et morne. Il vous requinque assurément en quelques minutes !

Un extrait pour donner la couleur

Il y eut des exclamations d’admiration lorsque les serveurs déposèrent les desserts sur les tables. On s’écria devant la reconstitution en meringue pralinée de l’Arsenal, les lions en pâte d’amande qui semblaient prêts à rugir, la pyramide de gelati de toutes les couleurs, les gondoles en chocolat noir, l’île de Murano brillant de sucre filé, celle de Burano en dentelle de pâte aussi fine que celle des hosties et les minuscules millefeuilles qui dessinaient les quartiers de Venise sur une nappe de gelée aux raisins verts où étaient piqués des vaporettos en nougat d’à peine deux centimètres. (p. 145)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :

Serial killer à ses heures, Louise n’aime rien tant que la douce routine en compagnie de ses chats. Lorsqu’elle apprend qu’une menace pèse sur le chic restaurant où elle travaille, son sang ne fait qu’un tour. S’attaquer au parrain d’une dangereuse famiglia est toutefois bien compliqué.
Mais quand une jolie infirmière qui sème la mort sur son passage s’intéresse d’un peu trop près à Guido, le chef de Carte Noire, les masques tombent. Résolue à défendre les siens, Louise reprend du service… avec la détermination qu’on lui connaît!

À propos de l’auteure :

image

À la fois romancière, chroniqueuse littéraire et gastronomique, Chrystine Brouillet a écrit une cinquantaine d’ouvrages tant pour les jeunes que pour les adultes. Alors que son personnage de l’inspectrice Maud Graham est devenu une figure de proue du polar québécois, ici Louise apporte plutôt une touche d’humour noir.

Titre : La mort mène le bal
Auteur : Chrystine Brouillet
Éditeur : de l’Homme
Date de parution : 2015

Pour vous le procurer