La petite librairie des gens heureux

Et si c’était La Librairie Gourmande 💜

Agréable lecture d’un livre au titre et à l’intrigue prometteurs : une librairie indépendante devient le cœur d’une petite ville anglaise. Et si c’était vrai ! Et si elle existait à Montréal ! Ne s’appellerait-elle pas Librairie Gourmande … !

Pour l’intrigue : À la mort de son père, Émilia hérite de l’appartement où elle a grandi avec lui ainsi que de sa librairie où il a passé sa vie. Ainsi, elle devra conjuguer avec les intrigues commerciales et amoureuses de son papa Julius. Elle s’installe à rebours, mais elle retrouve peu à peu les habitués, les voisins, les amis. Tous désirent ardemment la pérennité de cette librairie. Une grande solidarité prendra forme. L’histoire de chaque relation, de chaque personnage du roman s’écrit en un chapitre qui est associé à une recommandation de 10 lectures pertinentes Quelle excellente idée !

Donc voici, en avant-goût les 10 chapitres associés à 10 romans cultes :

10 héroïnes littéraires éponymes
10 manoirs de rêve dans la littérature
10 livres sur la musique
10 romans situés en Irlande
10 domestiques littéraires
Et le dernier chapitre, comme il se doit : 10 livres tournant autour de la cuisine :
Chocolat, Joanne Harris,
Heartburn, Nora Ephron
En dinant chez Quentin, Maeve Binchy (non disponible)
Cuisine et confidences, Anthony Bourdain
French Country Cookink, Elizabeth David
Toast, Nigel Slater
Charlie et la Chocolaterie, Roald Dahl
How to Eat, Nigella Lawson
The Art of Eating, M.F.K. Fisher

Malheureusement, ils ne sont pas tous disponibles, mais qu’à cela ne tienne, si vous désirez compléter la liste, vous n’avez qu’à consulter notre blogue : romandgourmands.com et pourquoi pas nous faire parvenir votre liste !

Un extrait pour donner la couleur 

Et s’achetait un nouveau livre de cuisine. C’était son petit bonheur mensuel. Les étagères de son collage avaient beau en être pleine, il n’y avait à ses yeux, pas de limite au nombre de livres de cuisine que vous pouviez posséder. Lorsqu’elle en ouvrait un, elle se déconnectait du monde extérieur. Elle se pelotonnait dans son lit et le lisait scrupuleusement, découvrait la culture culinaire d’un autre pays, salivant devant les recettes alléchantes des grands chefs ou tout simplement d’amoureux de la cuisine…(82)


Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Nichée dans un petit village de la côte anglaise, la librairie Nightingale est le refuge des  amateurs de livres. Un lieu préservé et hors du temps que sa propriétaire Émilia a bien du mal à maintenir à flot. Au point d’être tentée de vendre à un promoteur immobilier. Et pourtant… les lecteurs comptent sur leur petit paradis. À commencer par Sarah, l’aristocrate au coeur tendre qui vient là pour échapper à ses soucis et oublier la maladie. Jackson, lui, a  besoin de ce refuge pour essayer de renouer avec son fils. Quant à la timide Thomasina, c’est là qu’elle a eu le coup de foudre pour un homme à qui elle n’a jamais pu avouer ses sentiments… Au fur et à mesure, ces hommes et ces femmes apprennent à se connaître au milieu des étagères. Leurs destins s’entrecroisent et sont transformés à tout jamais grâce aux hasards de la vie… et au pouvoir des livres ! Un nouveau départ.

À propos de l’auteure :
Scénariste pour la télévision, Veronica Henry est l’auteure d’une douzaine de romans dont Bed & Breakfast.

Titre : La petite librairie des gens heureux
Auteure Veronica Henry
Éditeur : City Poche
Date de parution : 2018

Publicités

Les délices de Tokyo

Les délices de TokyoSi je devais choisir un pays qui me fait particulièrement rêver, le Japon arrive en tête. Je ferais coïncider mon voyage avec Hanani, la fête qui célèbre la floraison des cerisiers, fête qui symbolise le printemps et le renouveau. Je prendrais le temps, observatrice du moment, des gens et mangerais un bento en contemplant ces magnifiques arbres renaissant.
La lecture des délices de Tokyo nous emmène à l’ombre de ces cerisiers et des quatres saisons. On entame un roman initiatique. Un roman doux et amer.

Un gérant d’échoppe désabusé et légèrement suicidaire confectionne tièdement des Dorayaki ces deux crêpes dorées fourrées de An une pâte de haricots rouges sucrée.
Jour après jour, il est là, derrière sa plaque de cuisson, sans vraiment y être. Personnage amorphe à la recherche de la moindre économie d’énergie, un travailleur qui s’enfonce dans un quotidien sans fierté, jusqu’à l’arrivée d’une vieille dame au chapeau bleu et aux doigts déformés surgissant de sous un cerisier en fleur. Elle cherche du travail.

Une rencontre marquante qui amènera «Patron» sakuraà prendre conscience de l’importance du travail bien fait et du respect des produits que la nature nous offre, de la puissance des préjugés face au risque de maladie et de contamination, la conscience que nous sommes plus fort à plusieurs que tout seul pour affronter les difficultés de la vie. Un combat de vie que l’on ressent au fil des mots.

Un livre qui se lit rapidement toutefois, qui aborde plusieurs autres sujets de société comme le risque de l’uniformisation du goût à cause du monopole des produits issus de agroalimentaire, la mort des petits commerces de quartier, on retrouve les thèmes de la vieillesse et de la solitude. L’auteur nous amène aussi vers des paysages plus colorés en nous parlant de sagesse, de réalisation de soi à travers un métier ou un loisir qui nous passionne, d’amitié, d’enseignement et du pouvoir régénérateur de la nature. Une lecture appréciée.

Le livre a été adapté au cinéma en 2015 par Naomi Kawase.

dorayaki

Un extrait pour donner la couleur

Sentarô finit par se laisser fasciner par les haricots dans la bassine en cuivre. Les grains frémissaient dans l’eau de cuisson. Pas un seul n’avait éclaté.
Il restait encore un peu de liquide lorsque Tokue éteignit le gaz et posa une planche à découper sur le savari. D’après elle, c’était ainsi qu’on laissait reposer les haricots. Toutes ces techniques étaient inconnues de Sentarô. «C’est compliqué, tout ça», laissa-t-il échapper; ce à quoi Tokue répondit: «C’est une question de courtoisie.
– Pour la clientèle ?

   – Non. Pour les haricots.
   – Les haricots ?
   – Oui, puisqu’ils ont fait l’effort de venir du Canada.» (page 35-36)

Les délices de Tokyo de Naomi Kawase voulez-vous un dorayaki (2)

 

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Pour payer ses dettes, Sentarô vend des gâteaux. Il accepte d’embaucher Tokue experte dans la fabrication de an, galette à base de haricots rouges. Mais la rumeur selon laquelle la vieille femme aurait eu la lèpre étant jeune, met la boutique en péril. Sentarô devra agir pour sauver son commerce.

À propos de l’auteur : durian sukegawa
Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l’École de pâtisserie du Japon. D’abord scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique.
De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d’une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens.

Titre : Les délices de Tokyo
Auteur : Durian Sukegawa
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : Février 2016
Traduction: Myriam Dartois-Ako

Pour vous le procurer