La goûteuse d’Hitler

La goûteuse d’Hitler

L’horreur racontée par la dernière des goûteuses recrutées par Hitler dans le seul but d’éviter un possible empoisonnement à ce monstre.
Une lecture qui nous bouleverse par le traitement réservé à ces jeunes femmes qu’on affamait avant de leur imposer ces assiettes de la mort. Une lecture ou la peur et la haine rôdent à tous les niveaux.

J’ai été incapable de visionner plus de deux épisodes de la Servante écarlate, adaptation du chef-d’œuvre littéraire de Margaret Atwood. De nouveau, je retrouve cette ambiance où l’horreur est omniprésente et où la honte et la paranoïa s’entrecroisent sournoisement. Vous serez avertis… à vous de tirer vos déductions.

Un extrait pour donner la couleur 

« Il ne m’avait jamais vue de près ni de loin, le Führer. Et il avait besoin de moi. Herta avait essuyé ses mains à son tablier et le SS avait poursuivi, en s’adressant à moi, ne regardant que moi, jaugeant cette main-d’œuvre de saine et robuste constitution. Certes la faim m’avait un peu affaiblie, la nuit les sirènes m’avaient privée de sommeil, la perte de tout et de tous avait flétri mes yeux. Mais mon visage était rond, sous une épaisse chevelure blonde : jeune Aryenne déjà matée par la guerre, l’essayer c’est l’adopter, produit cent pour cent national, une excellente affaire. (20)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité de ses compagnes, dont Elfriede, personnalité aussi charismatique qu’autoritaire. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

À propos de l’auteure :
Rosella Postorino est une auteure italienne née en 1978

Titre : La goûteuse d’Hitler
Auteure : Rosella Postorino
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : 2019
Traduction : Dominique Vittoz

Publicités

Le goût sucré des souvenirs

Souvenirs d’une si triste période qui malgré tout conserve un goût sucré… une longue vie au rythme des productions de confitures d’abricots ! Les amours, les saisons, les années… celles où la guerre a balayé le bonheur des jours heureux.
Seule survivante d’une famille juive, solitaire en fin de vie, Elisabetta puise dans ces pots de confitures ces souvenirs parfois trop bouleversants, parfois trop cruels. Celui de 1944, ou sa mère dira : au cas où je ne puisse pas t’aider, je vais cacher le pot au fond, il y aura de l’arsenic dedans… A & A, était-il écrit dessus… une cuillère suffit… … ! Et tous ces joyeux moments s’entremêlent à cette horreur, en compagnie de sa mini- tortue prénommée Hitler!! Passer d’une époque a une autre, à travers ses fantômes en fait une lecture un peu angoissante !! mais si vous aimez le goût doucereux du sucre, allez-y déguster cet opus !

Un extrait pour donner la couleur 

« La confiture était en train d’attacher. C’est l’odeur qui m’a alertée, et je me suis empressée de retirer la casserole du feu. Il m’a regardée remplir les pots du liquide sifflant en ébullition. Elle me brûlait les avant-bras, cette fichue confiture. Un pot a craqué dans un bruit sourd sous l’effet de la chaleur, et la mixture visqueuse s’est déversée sur mes doigts. Le fond de la casserole était carbonisé parce que je n’avais pas fait attention. J’en avais marre de faire attention.»  (p. 37)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Elisabetta Shapiro, quatre-vingts ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l’année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. Elle parle d’amour et de liberté, et il n’en faut pas plus pour faire une bonne histoire. »

À propos de l’auteure :
Beate Teresa Hanika est née en 1976, en Bavière. Avant Le Goût sucré des souvenirs, elle a écrit plusieurs romans pour la jeunesse dont Le cri du petit chaperon rouge.

Titre : Le goût sucré des souvenirs
Auteure : Beate Teresa Hanika
Éditeur : Pocket
Date de parution : Février 2019
Traduit de l’allemand : Rose Labourie