L’Omnivore

Un suspense gastronomique amoral et épicé

Pour satisfaire la curiosité et les caprices des gens fortunés qui, par essence, sont omnivores, voici  un suspense dont l’action se transforme en un palmarès culinaire de morceaux de choix. L’entomologiste Youri Tremblay eh oui!, raconte comment, afin de répondre aux commandes de ces richissimes clients qui s’amusait à braver les tabous et s’ingénuaient à mêler goût du péché et péché du goût, devra braver les interdits alimentaires en vigueur en terre bouddhiste, musulmane et chrétienne. Un parcours rocambolesque et d’une écriture si fine qu’on résiste à peine à le relire !

Donc, à sa lecture, je me suis amusée à répertorier quelques dégustations spectaculaires, interdites, curieuses, risquées, recherchés par ces clients à lubies !

Quelques désirs satisfaits furent l’utérus de truie sur les pentes du Pinatubo, l’œuf de 100 ans enfoui dans l’Argile pendant des mois en Philippines, la cervelle de singe dans la Casbah algérienne, des pattes de fourmis au Laos, du ragoût de chauve-souris aux Seychelles, le hamburger de baleine en Islande, l’hippocampe séché à Dakar, le pangolin à peau écailleuse en Côte d’Ivoire, la soupe de cabot nord-coréenne, la mue de serpent au Vietnam, la terrine de crocodile en Namibie, le gâteau de hachich à Tanger, le beurre de yak au Boutan et le célèbre fugu japonais… Mais là ne s’arrête pas l’aventure ! L’Ultime tabou sera-t-il transgressé ?

Un extrait pour donner la couleur 

Le cannibalisme avait pourtant traversé de nombreuses civilisations, en particulier les sociétés précolombiennes qui lui avaient appliqué une véritable hiérarchie des convenances : chez les Aztèques, le cœur des suppliciés était réservé aux prêtres tandis que l’empereur se voyait offrir la cuisse. … (154)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Dans une prison de la république de Khirghizie, un avocat globe-trotter entend parler des aventures d’un russo-vietnamien nommé Youri qui, pour satisfaire sa riche clientèle, a fait commerce de mets rares tels, par les nids d’hirondelles, les insectes ou encore les petits singes. Jusqu’à une dernière commande particulièrement étonnante.

À propos de l’auteur :
Né en 1968, Emmanuel Pierrat est avocat et conservateur du Musée du Barreau de Paris. Il est titulaire du certificat de spécialisation en droit de la propriété intellectuelle. Il a publié de nombreux ouvrages juridiques de référence sur le droit de l’édition, la liberté d’expression, le droit du commerce du livre, le droit à l’image. Il a également signé plusieurs essais sur la culture, la justice et la censure. Il est président du Pen Club français, directeur de la Grande Bibliothèque du Droit et pour occuper son temps … Secrétaire général du Musée Yves Saint-Laurent.
Une bibliographie exceptionnelle d’une centaine de livres qu’on retrouve d’ailleurs à la fin de ce  dernier roman L’Omnivore.

Titre : L’Omnivore
Auteur : Emmanuel Pierrat
Éditeur : Flammarion
Date de parution : 2019

Publicités

Vengeance sauce piquante. Une enquête de Tannie Maria :

Un polar africain, gourmand, savoureux et plein d’humour !

Un suspense épicé de l’auteure sud-africaine de Recettes d’amour et de meurtre. Toujours cette sympathique équipe de rédaction dont fait partie la journaliste Tannie Maria qui se voit attribuer la chronique Recettes et Conseils pour les amoureux. Avec humour, elle prend plaisir à bifurquer vers des recettes tout à fait appropriées à la douloureuse situation vécues par ces interpellants.
Une histoire simple: en couple récent avec le détective du village, elle sera témoin d’un meurtre et décide de poursuivre sa propre enquête auprès des habitants de la région. On la suit à travers son groupe de discussion… !
En finale, on retrouve une dizaine de recettes sur lesquelles on a salivé tout au cours de ces 400 pages ; non seulement a-t-elle la générosité de les partager mais également d’en commenter les origines « La moussaka de Lemoni est en réalité celle de Penny, publiée en 1987 par la légendaire Ina Paarman. Cette recette est tellement divine, précise l’auteure, que j’ai inventé un personnage pour qu’elle figure dans le livre. »


Une végétation différente, une monde animal à découvrir, des convenances africaines qu’elle insère notamment la façon dont on se salue dans son coin de pays : on se serre la main et le pouce trois fois de suite … (127).  Savoureux et plein d’humour ! à lire !

Un extrait pour donner la couleur 

Une vieille recette, c’est comme une formule magique. Il y a autant de fantômes et de souvenirs que d’ingrédients dedans. Tout en recopiant les recettes aigres-douces pour le divorce, je me demandais ce que j’allais cuisiner à Hank pour le dîner et si ce serait notre dernier repas à deux. (218)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
«  Est-ce que ça vous est déjà arrivé de vouloir quelque chose très fort ? Vous trépignez d’impatience à l’idée de l’avoir, mais à trop courir après, vous risquez de le faire fuir. Ou de tomber sur autre chose que vous n’attendiez pas. C’est peut-être parce que j’avais trop faim d’amour que je me suis retrouvée avec un meurtre au menu. »

À propos de l’auteure :
Connue pour son engagement en faveur de l’environnement, Sally Andrews vit dans une réserve naturelle du Karoo, en Afrique du Sud. Son premier roman, Recettes d’amour et de meurtre a été traduit en plusieurs langues.

Titre : Vengeance sauce piquante. Une enquête de Tannie Maria
Auteure : Sally Andrew
Éditeur : Flammarion
Date de parution : 2017
Traduction de l’anglais (Afrique du Sud) par Rose Labourie

Pour vous le procurer