Le goût sucré des souvenirs

Souvenirs d’une si triste période qui malgré tout conserve un goût sucré… une longue vie au rythme des productions de confitures d’abricots ! Les amours, les saisons, les années… celles où la guerre a balayé le bonheur des jours heureux.
Seule survivante d’une famille juive, solitaire en fin de vie, Elisabetta puise dans ces pots de confitures ces souvenirs parfois trop bouleversants, parfois trop cruels. Celui de 1944, ou sa mère dira : au cas où je ne puisse pas t’aider, je vais cacher le pot au fond, il y aura de l’arsenic dedans… A & A, était-il écrit dessus… une cuillère suffit… … ! Et tous ces joyeux moments s’entremêlent à cette horreur, en compagnie de sa mini- tortue prénommée Hitler!! Passer d’une époque a une autre, à travers ses fantômes en fait une lecture un peu angoissante !! mais si vous aimez le goût doucereux du sucre, allez-y déguster cet opus !

Un extrait pour donner la couleur 

« La confiture était en train d’attacher. C’est l’odeur qui m’a alertée, et je me suis empressée de retirer la casserole du feu. Il m’a regardée remplir les pots du liquide sifflant en ébullition. Elle me brûlait les avant-bras, cette fichue confiture. Un pot a craqué dans un bruit sourd sous l’effet de la chaleur, et la mixture visqueuse s’est déversée sur mes doigts. Le fond de la casserole était carbonisé parce que je n’avais pas fait attention. J’en avais marre de faire attention.»  (p. 37)

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture) :
Elisabetta Shapiro, quatre-vingts ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l’année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. Elle parle d’amour et de liberté, et il n’en faut pas plus pour faire une bonne histoire. »

À propos de l’auteure :
Beate Teresa Hanika est née en 1976, en Bavière. Avant Le Goût sucré des souvenirs, elle a écrit plusieurs romans pour la jeunesse dont Le cri du petit chaperon rouge.

Titre : Le goût sucré des souvenirs
Auteure : Beate Teresa Hanika
Éditeur : Pocket
Date de parution : Février 2019
Traduit de l’allemand : Rose Labourie

Publicités

Le cuisinier de Talleyrand

Un polar culinaire historique sous-titré Meurtre au congrès de Vienne

le-cuisinier-de-talleyrandEn 1814, l’Autriche accueille le Congrès de Vienne où les grandes nations européennes devront décider de l’avenir de la France, dont les armées de Napoléon viennent d’être battues.
Voilà qu’entre en scène l’émissaire français, le prince de Talleyrand qui rayonnera dans l’art de la diplomatie, notamment grâce, en partie aux services de ce génie de la cuisine, Antonin Carême, considéré encore aujourd’hui comme un des grands maîtres de la cuisine française.

La mise en situation historique est réelle. Mais pour la suite, voilà qu’on découvre un cadavre dans les cuisines de Carême, celui d’un rôtisseur, dont le corps est atrocement mutilé. Alors commence l’enquête. Il est tout de même agréable de se promener dans les rues de Vienne en compagnie des enquêteurs, puis de pénétrer le monde souterrain des cuisines de Carême, où le personnel s’affaire dans des conditions si difficiles, de l’aube à la nuit…Très beau livre où les mœurs de l’époque sont décrites avec précision.

Talleyrand

Talleyrand

Tous les lecteurs seront bien servis : autant l’amateur de cuisine, que l’amateur d’histoire, d’intrigue policière ou de considérations politiques. Et pour la réalité historique, chaque menu servi par Carême lors des banquets du Congrès de Vienne, est présenté en tête de chaque chapitre.

À VOIR : Excellent film Le Souper de Talleyrand d’Edouard Molinaro (1992) mettant en vedette Claude Brasseur et Claude Rich, un duel verbal extraordinaire entre Talleyrand et Fouché, dont l’enjeu est l’avenir de la France. À se procurer dans les cinémas de répertoire.

Un extrait pour donner la couleur

Il alla jusqu’à la grande table de bois. À peine protégés d’un torchon, deux gros lièvres, préparés pour le lendemain, y attendaient, l’oeil humide, dépecés, écartelés sur une planche en liège. Ils finiraient en côtelettes, en terrines et en pâtés. Un peu plus loin, un cuisseau de marcassin à la mode de Tours trempait piteusement dans sa marinade au vin de Touraine. (p. 145)

careme

Carême

Quelques notes de l’éditeur (4e de couverture)

Au printemps 1814, les puissances qui ont enfin vaincu Napoléon se réunissent à Vienne pour se partager l’Empire. Deux cents délégations, des milliers de participants, une quinzaine de souverains s’installent dans la somptueuse capitale autrichienne. L’affaire semble devoir se jouer entre la Russie, la Prusse, l’Angleterre et l’Autriche, mais un génie de la diplomatie va renverser les pronostics. Le Français Talleyrand devient l’arbitre des négociations. Pour circonvenir les plus réticents et les étourdir dans les fastes et les plaisirs, il engage Antonin Carême, cuisinier des rois et roi des cuisiniers. Au milieu de ces festivités, un nommé Maréchal est sauvagement assassiné. Tous les éléments convergent sur un suspect, a priori, insoupçonnable. Carême a-t-il tué Maréchal ?

À propos de l’auteur : AVT_Jean-Christophe-Duchon-Doris_1138

Le Français Jean-Christophe Duchon-Doris vit à Marseille. Outre des publications juridiques et des charges d’enseignement, il est également auteur de romans historiques.

Titre : Le Cuisinier de Talleyrand
Auteur : Jean-Christophe Duchon-Doris
Éditeur : Julliard et 10-18
Date de parution : 2006

Pour vous le procurer